Un enseignant suppléant du conseil d'administration de Thames Valley embauche un “ blitz '' un amortisseur de jour de maladie COVID-19

FRANCE SCHOOL 78469084 scaled e1597706029186


Contenu de l'article suite

Craig Smith, un dirigeant local de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (ETFO), a qualifié l’embauche massive et continue de «bonne chose et une chose nécessaire» pour les écoles.

"Les chiffres étant faibles, ils ont besoin d'un enseignant suppléant pour couvrir les absences lorsque les enseignants tombent malades ou que nous sommes mandatés pour participer au développement professionnel ou à l'un des jours que nous devons remplacer – il est important d'avoir une couverture", a déclaré Smith.

Les enseignants à plein temps sont en demande pour enseigner aux sept écoles virtuelles et aux 500 salles de classe qui ont été créées pour les 12 000 élèves de Thames Valley qui apprendront à distance pendant l'année scolaire.

«Pour que nous puissions couvrir le redéploiement des enseignants dans ces environnements, ils ont besoin d'enseignants qui rempliront des affectations occasionnelles à long terme», a déclaré Smith. «Plus il y a d'enseignants suppléants, mieux c'est.»

Cette semaine, une coalition d'éducateurs de l'Ontario a fait part de ses préoccupations concernant les risques pour la santé liés aux enseignants suppléants travaillant dans plusieurs écoles au milieu de la pandémie.

Ontario Education Workers United, composé d'enseignants du secondaire, est le dernier à sonner l'alarme sur le plan de retour à l'école du gouvernement de l'Ontario, qui a également attiré le feu des syndicats d'enseignants, de certains parents et élèves.

«Nous avons beaucoup entendu de la part de travailleurs occasionnels dire qu'ils sont très inquiets et se sentent invisibles dans tout ce processus», a déclaré James Campbell, un organisateur de la coalition.

Fisher a déclaré que le risque sera atténué par un équipement de protection individuelle fourni à chaque enseignant, y compris des masques de qualité médicale obligatoires et des écrans faciaux en option.

«Nous allons faire de notre mieux pour restreindre les points de contact avec ces élèves, mais nous reconnaissons qu’avec certains membres du personnel, il y aura des mouvements entre les écoles», a-t-il déclaré. "Il y a un élément de risque, mais il s'agit d'atténuer les risques."

Certains membres du personnel porteront également des blouses et des gants dans les environnements à haut risque tels que les cours d'éducation spéciale, a-t-il déclaré.

Avec des fichiers de La Presse canadienne

[email protected]



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *