Les nouvelles du coronavirus d’aujourd’hui: Le premier vaccin COVID-19 pourrait être approuvé pour une utilisation au Canada dans deux semaines, selon Santé Canada; Les cas en Ontario peuvent s’aplatir, mais la province est dans un état «précaire», avertit un responsable

no frills


FAITS MARQUANTS

  • 18 h 05: La Dre Deena Hinshaw, médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, blâme un membre de son cercle intime pour avoir divulgué des informations aux médias

  • 15h30.: Les hospitalisations liées au COVID-19 en Ontario ont augmenté de plus de 63% au cours des quatre dernières semaines

  • 11 h 56 Le Québec signale 1464 nouveaux cas de COVID-19 et 32 ​​décès supplémentaires

  • 10 h 07 L'Ontario signale 1478 nouveaux cas jeudi

Le dernier coronavirus des nouvelles du Canada et du monde entier jeudi. Ce fichier sera mis à jour tout au long de la journée. Liens Web vers des histoires plus longues si disponibles.

22 h: Un incendie s'est déclaré tôt vendredi dans un hôpital privé traitant des patients atteints de coronavirus dans l'ouest de l'Inde, tuant au moins cinq d'entre eux et en blessant 28 autres.

Le policier K.N. Bhukan a déclaré que les camions de pompiers avaient limité l'incendie à un étage de l'hôpital et l'avaient éteint en 30 minutes.

La cause de l'incendie est en cours d'investigation.

L'agence de presse Press Trust of India a déclaré que l'incendie s'était déclaré dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Uday Shivanand qui traitait 33 patients atteints de coronavirus.

Certains des patients brûlés par le feu ont été évacués vers un autre hôpital de Rajkot, une ville de l’ouest du Gujarat, à près de 1 100 kilomètres au sud-ouest de New Delhi.

En août, un incendie a tué huit patients atteints de coronavirus dans un hôpital d'Ahmedabad, une autre ville clé de l'État du Gujarat.

Un mauvais entretien et le manque d'équipement de lutte contre les incendies approprié causent souvent des décès en Inde.

21 h 59: Jeudi soir, la Saskatchewan Health Authority (SHA) a identifié un cas positif de COVID-19 chez une personne de l'école secondaire St. Mary à Prince Albert.

Dans un communiqué de presse de la division scolaire catholique de Prince Albert, dimanche soir, la division a expliqué que la communication avait été partagée avec la classe / les cohortes spécifiques, ainsi qu'avec la communauté scolaire.

Ces cas ont été acquis en dehors du cadre scolaire, a déclaré la division.

La SHA procède à son évaluation de la situation et toutes les personnes considérées comme des contacts étroits sont avisées.

«La classe / les cohortes, touchées par ce cas, à l'exception de tout autre cas, doivent s'auto-isoler jusqu'à minuit le 3 décembre. La classe / les cohortes seront déplacées vers l'apprentissage à distance jusqu'à ce que la période d'isolement soit terminée», indique le communiqué. .

Il est conseillé à ces classes / cohortes spécifiques de contacter 811 Healthline pour obtenir des conseils.

«L'école St. Mary High School reprendra les cours le 27 novembre pour tous les autres élèves et membres du personnel qui ne sont pas considérés comme des contacts étroits. Les responsables de la santé publique conseillent à tous les élèves et au personnel de surveiller quotidiennement les symptômes du COVID-19 et de ne pas entrer dans l'école s'ils sont malades.

21h21: Le premier vaccin COVID-19 pourrait être approuvé pour une utilisation au Canada d'ici deux semaines, a déclaré jeudi le conseiller médical en chef de Santé Canada.

L'équipe d'examen des médicaments du département examine actuellement trois vaccins COVID-19 – un de Pfizer et BioNtech, un deuxième de Moderna et un troisième d'AstraZeneca.

La Dre Supriya Sharma a déclaré lors d'une séance d'information à des journalistes à Ottawa que l'examen Pfizer est le plus avancé des trois et que Santé Canada travaille aux côtés d'équipes d'examen similaires aux États-Unis et en Europe.

"Nous examinons essentiellement les mêmes paquets de données. Nous avons des voies d'autorisation très similaires qui sont disponibles pour les urgences de santé publique", a-t-elle déclaré.

"La façon dont les examens progressent, c'est que nous prévoyons de prendre une décision finale sur les vaccins à peu près au même moment que (la Food and Drug Administration des États-Unis) et l'Agence européenne des médicaments."

La FDA doit se réunir le 10 décembre pour décider d'approuver le vaccin Pfizer. Pfizer devrait expédier plus de six millions de doses dès que cela se produira.

Sharma était moins catégorique quant au moment où les Canadiens commenceront à se faire vacciner. Elle a dit qu'il est possible que les premières doses arrivent avant la fin du mois de décembre, mais elle semble penser qu'il est plus réaliste pour eux de commencer à expédier ici en janvier.

Le Canada a conclu un accord d'achat pour acheter au moins 20 millions de doses à Pfizer et l'option d'acheter 56 millions supplémentaires. Les quatre premiers millions devraient arriver entre janvier et mars.

Une porte-parole de Pfizer a déclaré jeudi à la Presse canadienne qu'il n'y avait pas encore de date exacte pour les expéditions au Canada, ajoutant que le moment dépendrait du moment où il sera approuvé.

«Nous travaillons de toute urgence en collaboration avec les intervenants, y compris Santé Canada et les décideurs de la santé publique, pour amener notre vaccin candidat au Canada en temps opportun», a déclaré Christina Antoniou.

20h27: La Colombie-Britannique a enregistré 887 nouveaux cas de COVID-19 alors que la province s'approche de 30 000 infections dues à la maladie.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, et la responsable provinciale de la santé, le Dr Bonnie Henry, ont déclaré jeudi dans un communiqué conjoint que 13 autres personnes étaient décédées, pour un total de 384 décès.

Le communiqué indique que 294 patients sont à l'hôpital, dont 64 en soins intensifs.

Dix et Henry appellent le public à garder leurs contacts restreints afin de soutenir les équipes de soins de santé qui travaillent pour suivre le virus.

Au total, 10 307 personnes sont suivies par des prestataires de soins de santé publics en raison d'une exposition identifiée à des cas connus.

Ils disent qu'il est important de faire attention à l'endroit où vous allez et à qui vous voyez au cas où le COVID-19 serait transmis pour aider les traceurs de contact à prévenir rapidement la propagation de la maladie.

«Soutenons nos équipes de santé publique, qui travaillent sans relâche pour traquer le virus, briser la chaîne de transmission et assurer notre sécurité à tous. La meilleure façon de le faire est que chacun de nous garde le moins de visages possible dès maintenant. », dit le communiqué.

20h26: Zeballos a suspendu tous les services publics jusqu'à nouvel ordre alors que la province se bat contre sa deuxième vague de COVID-19.

La bibliothèque et la décharge sont fermées au public, a déclaré la maire Julie Colborne. Le bureau du village sera également fermé, mais les services du bureau du village seront disponibles par téléphone, a déclaré Colborne.

Contrairement au mois de mars, lorsque le village avait émis des avis demandant aux visiteurs de rester à l'écart, Colborne a déclaré que les ordonnances provinciales pour que tout le monde fasse preuve de prudence et évitent de voyager sont suffisantes.

Cependant, la Première Nation d'Ehattesaht a émis un avis interdisant les «visiteurs extérieurs» et les visites entre familles à Ehatis, Oclujee et Zeballos après qu'un cas confirmé de COVID-19 a été signalé dans la communauté la semaine dernière.

20h25: Les entreprises de la région de York devront payer de lourdes amendes si elles ne respectent pas les mesures sanitaires liées au COVID-19.

Une ordonnance collective en vertu de l’article 22 de la loi provinciale visant à promouvoir la réouverture sécuritaire de l’économie ontarienne a été lancée le lundi 23 novembre à 12 h 01.

En vertu des nouvelles règles, les espaces de réunion et d'événement et autres entreprises, lieux, installations ou établissements, y compris les salles de banquet, devront s'assurer que tous les rassemblements intérieurs et extérieurs ne dépassent pas le nombre maximal pour maintenir en toute sécurité la distance physique.

Aucun événement ne pourra dépasser 50 personnes.

Des règles supplémentaires ont également été imposées aux centres commerciaux et autres magasins de détail.

Les centres commerciaux et les propriétaires de magasins de détail sont maintenant tenus de définir une capacité maximale pour les clients afin de maintenir en toute sécurité leur distance physique, tout en gardant le personnel du centre commercial dans les espaces communs, les magasins, les toilettes, les couloirs et les entrées en tout temps pour s'assurer que ces ordres sont suivis.

Ils sont également tenus de «gérer activement toutes les files d'attente ou les clients qui se rassemblent et de s'assurer que tous les clients qui attendent dans les files d'attente à l'intérieur ou à l'extérieur des centres commerciaux maintiennent une distance physique.

«Compte tenu des rapports des médias faisant état de surpeuplement dans les centres commerciaux … il est tout à fait naturel que nous nous attendions à ce que davantage de personnes visitent nos centres commerciaux, nous avons donc jugé nécessaire d’introduire des mesures supplémentaires», a déclaré le Dr Karim Kurji, médecin de la région de York. Santé.

«N'oubliez pas qu'être en contact étroit avec quelqu'un augmente vos chances de contracter le COVID-19. La façon dont nous définissons le contact étroit est d'être distante de moins de deux mètres pendant dix minutes de manière cumulative. Ces situations peuvent survenir lorsque vous êtes au milieu de la foule et même si vous portez des masques faciaux, cela ne garantit pas que vous ne serez pas exposé. Dans une situation comme les centres commerciaux, nous avons des milliers d'individus, il y a forcément plusieurs personnes contagieuses. Il est important pour vous de prendre les précautions appropriées et d'éviter ces foules si possible.

«Je pense qu'il est important pour nous de réaliser que la plupart de nos entreprises ont été très conformes aux règles et nous les en remercions certainement. Malheureusement, nous avons eu de nombreuses plaintes concernant les centres commerciaux, les grandes surfaces et les épiceries, ce qui nous a forcé la main pour faire en sorte que nous prenions des mesures plus rigoureuses. En cas de non-respect de nos mesures, après condamnation, ces sociétés peuvent s'attendre à une amende de 25 000 $ pour une journée ou une partie de la journée pendant laquelle ces infractions se poursuivent. Nous espérons que les entreprises feront leur part pour le bien de nos communautés.

Au cours de la fin de semaine, le ministère de la Santé publique a organisé une campagne éclair sur la sécurité des entreprises de la région de York. Quatorze agents ont ciblé les entreprises de la région, ce qui s'est traduit par 77 visites d'épiceries et de grandes surfaces.

On a constaté que 80% des entreprises respectaient les exigences en matière de santé publique. Aucune accusation n'a été portée et la contravention «a été résolue avec l'aide à la conformité».

20h23: Sous le feu des critiques sur le coût économique et social de ses restrictions sur les coronavirus, le Premier ministre Boris Johnson mettra fin à un deuxième verrouillage national exténuant en Angleterre la semaine prochaine.

Mais selon un nouvel ensemble de règles annoncé jeudi, qui divise l'Angleterre en trois niveaux de restrictions, l'accès aux bars et aux restaurants différera radicalement d'un endroit à l'autre en fonction de l'évaluation par le gouvernement de la menace locale posée par le virus.

Cela signifie que les plus de 23 millions de personnes qui vivent dans le niveau le plus restreint font toujours face à une interdiction de l’une des activités préférées du pays: une visite au pub.

Alors que le nombre quotidien de cas de COVID-19 est en baisse et se situe maintenant autour de 17500, près de 500 décès ont été annoncés au cours de la dernière période de 24 heures pour laquelle des données sont disponibles.

Graham Brady, qui préside le comité influent de 1922 des législateurs d'arrière-ban conservateurs, a déclaré à la BBC qu'il voterait contre le plan lorsqu'il sera soumis au Parlement pour approbation la semaine prochaine.

19 h 05: L'Agence de la santé publique du Canada admet qu'elle n'a aucune idée précise du nombre de sans-abri au Canada qui sont décédés du COVID-19.

L'agence fédérale chargée de coordonner la riposte à la pandémie et de conseiller le Premier ministre dit, à sa connaissance, que le nombre est de quatre.

Les experts qui travaillent dans le domaine de l’itinérance dans plusieurs villes du Canada disent que le numéro de l’agence fédérale est certainement faux; que le nombre réel de décès par COVID-19 parmi les sans-abri est au moins 12 fois plus élevé. Peut-être plus.

Le Dr Andrew Bond, directeur médical de Inner City Health Associates de Toronto, a déclaré dans une interview qu'il était «absolument certain», d'après les informations échangées entre les fournisseurs de soins de santé et d'hébergement de première ligne pour les sans-abri à travers le Canada, que le ”Nombre se situe entre 50 et 100 qui sont décédés du COVID-19.

Lisez l'histoire complète de Tonda MacCharles ici.

18 h 20: Le conseil de Toronto exhorte le gouvernement du premier ministre Doug Ford à abandonner les projets de modifications controversées des règlements sur la garde d’enfants de l’Ontario.

«Ces changements sont imprudents», a déclaré jeudi le conseiller municipal Mike Layton après avoir voté 24-0 avec des collègues du conseil, dont le maire John Tory, pour dire à Ford d'abandonner les réformes proposées.

le les propositions, publiée sur le site Web du gouvernement le 2 octobre, découle d’un examen quinquennal prévu de la Loi sur la garde d’enfants et la petite enfance.

Un rapport du personnel de la ville de Toronto a déclaré: «Pris ensemble, les changements auraient un impact négatif sur la qualité et saperaient les efforts visant à élever la barre sur la réputation de la profession de l'éducation de la petite enfance.

Lisez l'histoire complète de David Rider ici.

18h18: Avec la flambée du COVID-19 et les provinces qui luttent pour contenir la deuxième vague de la pandémie, les conservateurs fédéraux ont une tâche politique délicate de pousser le gouvernement fédéral sur sa réponse sans blâmer les provinces.

La plupart des provinces où la pandémie résurgit – le Québec, l’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta – sont gouvernées par des conservateurs, y compris des gros frappeurs du mouvement conservateur canadien comme les premiers ministres Doug Ford et Jason Kenney.

Cela a créé une situation difficile pour le parti conservateur fédéral d'Erin O'Toole: comment racle-t-il le premier ministre Justin Trudeau sur les charbons de la réponse à la pandémie d'Ottawa tout en évitant de critiquer les alliés provinciaux qui sont en grande partie responsables des politiques de pandémie qui affectent la vie quotidienne de la plupart Les Canadiens?

Lisez l'histoire complète d'Alex Boutilier ici.

18 h 05: Le médecin-hygiéniste en chef de l'Alberta, confronté à la flambée du nombre de cas de COVID-19, critique un membre de son entourage pour avoir divulgué des informations confidentielles aux médias.

La Dre Deena Hinshaw doit parler aujourd'hui d'une histoire de CBC liée à des sources anonymes et à des enregistrements audio de réunions entre Hinshaw et ses collègues qui élaboraient des recommandations pour lutter contre la pandémie.

L’histoire fait référence à des discussions au cours desquelles Hinshaw et le gouvernement du premier ministre Jason Kenney ont été en désaccord sur certains aspects de la politique. Cela suggère que le bureau du ministre de la Santé Tyler Shandro s’est directement intéressé à l’application des ordonnances de santé publique en vue de limiter les contraventions aux contrevenants. Kenney a rejeté les allégations.

Hinshaw a écrit sur Twitter: "La confiance a été brisée … J'ai parlé à Jason Kenney et Tyler Shandro ce matin pour exprimer ma déception face aux actions irresponsables d'une personne."

Hinshaw s'est retrouvée au centre d'une tempête politique à l'Assemblée législative sur la meilleure façon pour l'Alberta de lutter contre la flambée de son taux d'infection.

La province, qui était autrefois un chef de file national dans la prise en charge du COVID-19, a l'un des nombres de cas quotidiens les plus élevés au Canada. Il y a eu plus de 1 000 nouveaux cas par jour pendant près d'une semaine.

17h54: Les agents de la California Highway Patrol ont expulsé de force des personnes qui avaient «récupéré» des maisons vacantes appartenant à l'État à El Sereno mercredi soir – la veille de Thanksgiving – au milieu d'une recrudescence des cas de COVID-19.

Des vidéos des expulsions, publiées sur Twitter, montrent des dizaines d'agents qui se pressent dans la rue près de Sheffield Avenue et de Poplar Boulevard vers 19 heures. Les officiers ont été accueillis par une vague de manifestants, qui ont crié: "Honte à vous!" alors que les autorités se déplaçaient de porte en porte, évacuant ceux qui avaient emménagé dans les maisons.

Au moins une équipe du CHP a enfoncé la porte de l'une des maisons, montre des vidéos.

Les expulsions sont survenues quelques heures à peine après que 20 familles ont emménagé dans les maisons appartenant à Caltrans, affirmant que les représentants du gouvernement n'ont pas réussi à fournir l'abri nécessaire pour leur permettre de rester en bonne santé pendant la pandémie de COVID-19.

17h52: Le Québec aura le personnel et l'infrastructure prêts à commencer à vacciner les gens contre le COVID-19 d'ici le 1er janvier, a déclaré jeudi le ministre de la Santé de la province.

"Avons-nous des gens sur le terrain? La réponse est oui. Pouvons-nous en faire plus de (200 000) par semaine? La réponse est oui", a déclaré Christian Dubé aux journalistes à Québec.

Les résidents des foyers de soins de longue durée et les travailleurs de la santé recevront le vaccin en premier, suivis des personnes âgées vivant hors des soins gérés par l'État, a déclaré le premier ministre François Legault lors de la conférence de presse.

Le Québec s'emploie à faire en sorte que l'infrastructure pour les vaccins, comme celle développée par Pfizer – qui doit être stockée à des températures comprises entre -70 C et -80 C – soit prête début janvier, a déclaré Dube. La province organisera le système de livraison des vaccins COVID-19 dans le moule de son réseau de distribution existant pour le vaccin contre la grippe, a-t-il ajouté.

Dube a déclaré que le Québec était en mesure d'administrer plus de 200 000 vaccins antigrippaux par semaine, ajoutant que le gouvernement espère pouvoir vacciner jusqu'à 500 000 personnes par semaine contre le COVID-19.

17 h 50: Le nombre de cas de COVID-19 semble se stabiliser, mais l'Ontario reste dans un état «précaire» où les infections pourraient repartir, préviennent les responsables de la santé.

Au rythme soutenu des trois derniers jours, la province devrait rester autour de 1 500 nouvelles infections par jour jusqu'à la fin décembre, mais cela pourrait atteindre 9 000 si les taux de croissance revenaient aux 5% observés avant le verrouillage.

«Il est difficile de déterminer pour le moment si nous assistons à un revirement», a déclaré jeudi le Dr Adalsteinn Brown de l’École de santé publique Dalla Lana en présentant la dernière modélisation informatique du virus.

«Nous n'avons pas encore vraiment franchi de virage… nous sommes dans une situation très fragile», a-t-il ajouté. "Nous ne modélisons pas une diminution des cas pour le moment."

Les responsables de la santé craignent que la prochaine saison des Fêtes n'entraîne une augmentation des rassemblements sociaux – malgré les avertissements adressés aux Ontariennes et Ontariens de rester dans leur propre foyer – et une augmentation du nombre de cas.

Lisez le rapport complet de Rob Ferguson.

17 h 49: Un haut responsable de la santé publique a déclaré jeudi que les groupes prioritaires au Canada devraient commencer à recevoir des doses de vaccin COVID-19 au début de l'année prochaine, car de nouvelles restrictions pour ceux qui entrent au Nouveau-Brunswick ont ​​effectivement fait éclater la soi-disant bulle atlantique.

"Il y a eu beaucoup de préparatifs en coulisses pour s'assurer que le Canada est bien placé pour obtenir les vaccins COVID-19 et, en s'appuyant sur nos systèmes bien établis, pour donner accès à tous les Canadiens qui en veulent un en 2021", a déclaré le chef adjoint. L'agent de santé publique, le Dr Howard Njoo, a déclaré aux journalistes.

Le premier lot devrait être livré au cours des trois premiers mois de 2021, mais les approvisionnements seront limités dans un premier temps. Les premiers comprendront des personnes âgées, des personnes souffrant de problèmes de santé graves et des travailleurs essentiels et Njoo a déclaré que si tout se passait bien, trois millions de personnes pourraient être vaccinées au premier trimestre de l'année.

Ottawa a conclu des accords avec cinq fabricants de vaccins et est en négociations avancées avec deux autres. Les accords garantiraient 194 millions de doses avec l'option d'acheter 220 millions supplémentaires, a déclaré Arianne Reza, sous-ministre adjointe de Services publics et Approvisionnement Canada.

17 h 25 (Mis à jour): Le propriétaire d'Adamson Barbecue a été arrêté et inculpé le troisième jour de son mépris des règles de verrouillage en s'ouvrant pour un dîner au restaurant.

La police de Toronto a confirmé qu'Adam Skelly, 33 ans, avait été arrêté et accusé d'un chef d'accusation de tentative d'obstruction à la police, d'un chef de méfait et de non-respect de la Loi sur la réouverture.

Un autre homme de Markham, en Ontario. a été arrêté pour six chefs d’agression contre un policier, dont cinq pour crachats et un pour avoir menacé de mort.

Lisez l'histoire complète de David Rider ici.

16 h 25: Le rêve du dépistage rapide à domicile du COVID-19 au Canada demeure exactement cela: un rêve.

Santé Canada n'a reçu aucune demande de trousses de test à domicile, mais affirme avoir contacté de manière proactive les fabricants de tels tests et les a encouragés à postuler.

La FDA a accordé la semaine dernière une autorisation d'urgence au premier test rapide à domicile aux États-Unis, mais la société à l'origine de ce test – qui a été approchée par Santé Canada – dit qu'elle n'a pas l'intention pour l'instant de s'étendre au Canada.

Certains experts de la santé – ainsi que des politiciens de l'opposition – ont déclaré que ce dont le Canada a besoin, ce sont des tests à domicile rapides et peu coûteux, ce qui pourrait réduire le besoin de longues files d'attente pour les tests et de verrouillages.

Lisez l'histoire complète de Jacques Gallant ici.

15h30.: De nouvelles données provinciales montrent que les hospitalisations liées au COVID-19 en Ontario ont augmenté de plus de 63% au cours des quatre dernières semaines.

Un rapport publié aujourd'hui indique que le nombre de patients en soins intensifs en raison du virus devrait atteindre 200 le mois prochain et y rester pendant un certain temps, ce qui pourrait entraîner l'annulation des chirurgies.

Il indique également que les décès dans les foyers de soins de longue durée augmentent, même si le nombre de cas parmi le personnel et les résidents semble se stabiliser.

C'est la première fois que de nouvelles projections sont publiées depuis que la province a mis Toronto et la région de Peel en lock-out plus tôt cette semaine.

L'Ontario a signalé jeudi 1478 nouveaux cas de COVID-19 et 21 décès supplémentaires liés au virus.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que 572 de ces cas se trouvaient dans la région de Peel et 356 à Toronto. Les deux régions sont actuellement à l'étape de «verrouillage» du plan de lutte contre la pandémie de la province.

Les chiffres d'aujourd'hui montrent que 556 personnes sont actuellement hospitalisées avec le COVID-19 dans la province, soit une augmentation de 33 depuis hier.

Plus à venir.

15 h 10: Le premier vaccin COVID-19 pourrait obtenir l'approbation réglementaire canadienne d'ici la mi-décembre, ont déclaré jeudi des responsables – mettant ce pays sur le même calendrier que les États-Unis.

La conseillère médicale en chef de Santé Canada, la Dre Supriya Sharma, affirme que les scientifiques fédéraux ont travaillé en étroite collaboration avec des représentants des États-Unis et d’Europe et s’attendent à parvenir à une conclusion à peu près au même moment.

Bien sûr, l'analyse des résultats repose en grande partie, mais des responsables de la Food and Drug Administration des États-Unis examinent actuellement le candidat vaccin Pfizer et une réunion avec des experts indépendants est prévu pour le 10 décembre, qui, en cas de succès, pourrait ouvrir la voie à une autorisation d'utilisation d'urgence d'ici le milieu du mois.

Lisez l'histoire complète d'Alex Boyd ici.

14 h 10: Alors que les cas de COVID-19 augmentent, le gouvernement de l'Ontario annule tous les essais routiers embarqués dans les zones en phase grise de «verrouillage». Cela comprend Toronto et la région de Peel et aura un impact Centres DriveTest à Brampton, Downsview, Etobicoke, Metro East, Mississauga et Port Union.

Les annulations d'essais routiers n'entraîneront pas de pénalité. Les résidents de Toronto ou de la région de Peel ne sont pas autorisés à réserver un examen pratique dans un centre DriveTest d'une autre région.

Plus à venir.

13 h 30 Le gouvernement provincial commencera le dépistage asymptomatique du COVID-19 dans les écoles de Toronto, Peel, York et Ottawa, a annoncé jeudi le ministre de l'Éducation Stephen Lecce.

Lecce a également déclaré que les conseils scolaires – certains en difficulté en raison d'une baisse des inscriptions en raison de la pandémie – ne verront pas une baisse correspondante du financement basé sur le nombre d'étudiants.

Malgré les taux croissants de transmission communautaire du COVID, «nos écoles restent sûres», a déclaré Lecce aux côtés du premier ministre Doug Ford lors d'une conférence de presse à l'école secondaire St. Marcellinus à Mississauga.

«Le risque dans nos écoles reflète le risque dans nos communautés», a-t-il déclaré.

Ford a annoncé que la province fournira 13,6 millions de dollars supplémentaires aux écoles situées dans les points chauds, ce qui signifie que jusqu'à 175 enseignants peuvent être embauchés si les conseils le souhaitent.

«Nous n'épargnerons aucune dépense pour garder nos élèves en toute sécurité à l'école», a déclaré Ford.

Lire l’histoire complète de Kristin Rushowy et May Warren de la star

12 h 52 L'Ontario signale jeudi 88 autres cas dans les écoles publiques de la province, ce qui porte le total des deux dernières semaines à 1 176 et 4 349 en tout depuis la rentrée des classes.

Dans ses dernières données publiées ce matin, la province a signalé que 70 élèves de plus avaient été infectés pour un total de 873 au cours des deux dernières semaines; depuis le début de l'école, il y en a eu au total 2 673.

Les données montrent qu'il y a 18 autres membres du personnel infectés pour un total de 191 au cours des deux dernières semaines – et un total de 589.

Le dernier rapport montre également qu’aucune personne infectée n’a été identifiée pour un total de 112 dans cette catégorie au cours des deux dernières semaines – et un total de 1 087 personnes.

Il y a 679 écoles où un cas a été signalé, ce qui, selon la province, représente 14,06 pour cent des 4 828 écoles publiques de l'Ontario.

Quatre écoles sont fermées en raison d'une épidémie. Les données n'indiquent pas où ils se trouvent.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

L'école élémentaire Frank W. Begley à Windsor en fait partie, qui compte 35 cas confirmés de COVID-19 positifs parmi les élèves, ce qui serait le nombre le plus élevé de la province à ce jour. Huit membres du personnel sont également positifs.

Il y a un décalage entre les données provinciales quotidiennes à 10 h 30 et les reportages sur les infections dans les écoles. Les données provinciales de jeudi sont à jour à 14 h. Mercredi. Il n’indique pas le lieu de transmission.

Le Toronto District School Board met à jour ses informations sur les cas actuels de COVID-19 le jour sur son site internet. À partir de 18 h 30 Mercredi, 284 étudiants étaient infectés, 56 membres du personnel et 358 cas résolus.

Le Toronto Catholic District School Board met également à jour ses informations sur son site internet. Jeudi à 9 h 25, 83 écoles comptaient au moins un cas actif. Il y a 133 cas d'étudiants actifs et 36 membres du personnel.

Les épidémiologistes ont dit au Star que l'augmentation du nombre dans les écoles n'est pas une surprise et que les cas seront proportionnels à la quantité de COVID présente dans la communauté.

12 h 13 L'Ontario est sur le point de plafonner les frais que les applications de livraison tierces imposent aux restaurants dans les régions où les repas à l'intérieur sont interdits, dans le but de protéger les bénéfices que les restaurants peuvent encore faire pendant la pandémie COVID-19.

Le gouvernement progressiste-conservateur déposera un projet de loi qui donnerait à la province le pouvoir de limiter temporairement combien d'applications telles que UberEats et DoorDash peuvent facturer des restaurants dans la zone de restriction COVID-19 grise ou verrouillée pour leurs services, a déclaré le ministre associé des petites entreprises à un conférence de presse.

«Les restaurants de l’Ontario ont supporté un poids incroyable du fardeau financier de cette pandémie. Certains restaurants ont vu le trafic chuter jusqu'à 90% », a déclaré Prabmeet Sarkaria.

«Dans le même temps, les entreprises de services de livraison de nourriture ont collecté jusqu'à 30% de commissions de ces restaurants. Et ils apprécient des ventes et une adoption record. »

Il a déclaré que les restaurants peuvent s'attendre à un plafond de 15% sur les frais de livraison, avec un plafond de 20%, tous frais compris.

C'est similaire à ce qui a été fait à New York, qui a récemment plafonné les frais de commission des applications de livraison à 20%.

11 h 56 Le Québec signale 1 464 nouveaux cas de COVID-19 et 32 ​​décès supplémentaires.

Il s'agit du plus grand nombre de nouveaux cas signalés en une seule journée dans la province depuis le début de la pandémie.

Le ministre de la Santé, Christian Dube, a déclaré sur Twitter que l'augmentation du nombre de cas montre que la bataille contre le virus est «loin d'être gagnée», et il a exhorté les Québécois à respecter les mesures de santé publique et à limiter leurs contacts pour ralentir la propagation du virus.

Les autorités de santé publique affirment que huit des derniers décès sont survenus au cours des dernières 24 heures.

Ils disent que le nombre de personnes hospitalisées a augmenté de 20 par rapport à la veille, à 675, et 90 de ces personnes sont en soins intensifs – une diminution de trois par rapport à la veille.

Le Québec a signalé 136 894 cas confirmés de COVID-19 et 6 947 décès associés au virus.

11 heures Ottawa a promis 19 millions de dollars au Nunavut alors que le territoire continue de faire face à une épidémie de COVID-19.

La majeure partie de l'argent, 11,36 millions de dollars, ira au gouvernement du Nunavut pour l'aider dans ses interventions d'urgence.

L'argent financera des choses comme le soutien alimentaire pour les ménages isolés, les services d'eau et d'égouts et la bande passante Internet pour les étudiants apprenant à domicile.

Il y a 153 cas actifs de COVID-19 au Nunavut.

10 h 48 Les Browns de Cleveland signalent un autre test de coronavirus positif pour un joueur non identifié, poursuivant ce qui est devenu un schéma presque quotidien au cours des deux dernières semaines.

L'équipe a fermé ses installations de Berea, dans l'Ohio, jeudi pour la troisième journée consécutive afin de procéder à des recherches afin de savoir si d'autres sont considérés comme des contacts étroits à haut risque.

Les Browns (7-3) manquent déjà quatre joueurs, dont l’ailier défensif vedette Myles Garrett, pour le match de dimanche à Jacksonville (1-9). Garrett a raté la victoire de la semaine dernière sur Philadelphie après avoir été testé positif au virus.

Mercredi, les Browns ont placé le secondeur partant Sione Takitaki sur la liste COVID-19 et ont empêché huit joueurs de s'entraîner par précaution. L'entraîneur des Browns, Kevin Stefanski, a également fait pratiquer son équipe par équipes pour essayer de contrôler la propagation possible du virus.

Takitaki, qui a renvoyé une interception pour un touché contre les Eagles, manquera le match de cette semaine, avec l'arrière Andy Janovich, l'ailier défensif Joe Jackson et le nouveau joueur positif inconnu. Stefanski a déclaré que le joueur de ligne offensive Chris Hubbard pourrait revenir après avoir été testé positif.

10 h 20: Une école primaire de North York n'organise pas de cours à l'école jeudi pour une troisième journée consécutive en raison d'une récente épidémie de COVID-19.

Un autre cas positif d'étudiant a été signalé mercredi pour un total de dix cas d'étudiant positif à l'école catholique St. Fidelis, près de la rue Keele et de l'autoroute 401. Il y a aussi cinq membres du personnel avec un cas positif.

Bien que le Toronto Public Health ait déclaré une éclosion à l'école, l'école est toujours répertoriée comme ouverte pendant que l'agence poursuit son enquête.

10 h 07 (sera mis à jour) L'Ontario signale 1 478 nouveaux cas jeudi et 21 nouveaux décès. À l'échelle locale, il y a 572 nouveaux cas à Peel, 356 à Toronto et 111 dans la région de York. 47 576 tests ont été effectués, les laboratoires rapportant 3,9% de positivité.

9 h 39 Des millions d'Américains ont pris leur envol et les autoroutes avant Thanksgiving au risque de verser de l'essence sur l'incendie du coronavirus, sans tenir compte des avertissements de plus en plus graves selon lesquels ils restent à la maison et limitent leurs rassemblements de vacances aux membres de leur propre ménage.

Ceux qui volent ont été témoins d'un paysage distinctement 2020 dans les aéroports du pays: barrières en plexiglas devant les stations d'identification, sites de test rapide de virus à l'intérieur des terminaux, masques dans les zones d'enregistrement et à bord des avions, et paperasse demandant aux passagers de se mettre en quarantaine à l'arrivée à leur destination.

Alors que le nombre d'Américains voyageant par avion au cours des derniers jours a considérablement diminué par rapport à la même période l'année dernière, beaucoup ont poursuivi leurs projets de vacances au milieu de la flambée des décès, des hospitalisations et des infections confirmées aux États-Unis.

Certains étaient fatigués de plus de huit mois de distanciation sociale et déterminés à passer du temps avec leurs proches.

"Je pense qu'avec les vacances et tout, c'est tellement important en ce moment, surtout parce que les gens sont tellement déçus à cause de toute la pandémie", a déclaré Cassidy Zerkle, 25 ans, de Phoenix, qui s'est envolée pour Kansas City, Missouri, pour visiter la famille pendant ce qui est traditionnellement l'une des périodes de voyage les plus chargées de l'année.

Elle a apporté des collations et son propre désinfectant pour les mains et a dit que le vol était à moitié plein. Elle avait une rangée de sièges pour elle-même.

«Tant que vous maintenez votre distance, que vous ne touchez pas à des objets et que vous vous désinfectez les mains, les gens devraient voir leur famille dès maintenant», a-t-elle déclaré.

9 heures. Si un vaccin COVID-19 est sûr et approuvé, mais qu'il n'y a personne pour le fabriquer, cela compte-t-il toujours?

C’est la question qui a provoqué des étincelles parmi les politiciens fédéraux cette semaine après que le premier ministre Justin Trudeau a admis que les Canadiens seraient probablement en deuxième position après les Américains lorsque les entreprises avec des vaccins prometteurs commenceront à distribuer des doses.

Notant que des pays comme les États-Unis, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont des installations de production de vaccins à l'intérieur de leurs frontières, Trudeau a noté que les entreprises de ces pays «vont évidemment donner la priorité à l'aide à leurs citoyens en premier».

Furthermore, lacking the capacity to make vaccines, Canada has not even negotiated to right to manufacture doses of them here at home, meaning we’re now waiting on shipments from the companies, once they’re approved by Canadian regulators.

Read the full story from Alex Boyd

8:51 a.m. No days will be snow days — at least not this school year.

A growing number of Ontario boards — worried about any more missed class time during the COVID-19 pandemic — have decided to end unexpected days off because of inclement weather, saying kids can learn online those days instead.

“Emergency school closures, when schools are closed to staff and students, have the potential to significantly impact student learning,” said the Guelph-based Upper Grand District School Board, which typically has a couple of snow days each year, in a message to parents. “During the 2020-21 school year as a result of pandemic planning in the board, schools are much better equipped to pivot to remote learning as needed than in the past.”

Boards around Toronto — Peel and York, and York Catholic — have also settled on similar plans, while both the Toronto public and Toronto Catholic boards have yet to make any changes, though cancelled buses and snow days in the city are rare.

Read the full story from Kristin Rushowy

8:27 a.m. New-construction home prices and sales of new single-family homes in the GTA continued to climb year over year in the double digits in October, as consumers search for more space to physically distance and work from home during COVID-19.

But the number of condo sales plunged 32 per cent year over year in October, said the Building Industry and Land Development Association (BILD) on Thursday.

The benchmark asking price for a condo rose 18.8 per cent annually this October to $990,880, but sales were 32 per cent below last October and 20 per cent under the 10-year average.

The benchmark asking price for new single-family homes — including detached, semi-detached and town homes — was $1.21 million, up 12.7 per cent over last year. The 1,914 single-family homes that sold last month, a 44 per cent annual rise, landed 42 per cent above the 10-year average.

Lire l'histoire complète de Tess Kalinowski

7 h 15 India’s capital New Delhi is considering a nighttime curfew amid the latest coronavirus surge that has battered the city’s healthcare system and overwhelmed its hospitals.

The New Delhi government on Thursday told this to a court that had questioned the administration on the measures being taken to control the spike in daily cases.

The court was hearing a plea seeking to ramp up COVID-19 testing facilities in the capital, which is recording the most number of cases from any state in India for the last three weeks and more than 100 fatalities on an average every day for two consecutive weeks.

India’s new overall infections have declined steadily after peaking in mid-September, but the situation in the capital remains worrying.

The surge in the national capital had started at the end of October and reached record highs this month. On Nov. 11, the city saw 8,593 new cases, an all-time high.

According to the official data, New Delhi has recorded almost 2,300 deaths due to coronavirus in the last month.

India has recorded 9.26 million cases of coronavirus, second behind the U.S. More than 135,00 Indians have died because of the virus so far.

6:15 a.m. Ontario is moving to cap the fees third-party delivery apps impose on restaurants in regions where indoor dining is prohibited, a senior government source says.

The Progressive Conservative government is poised to introduce legislation today that would give the province the authority to temporarily limit how much apps such as UberEats and DoorDash can charge restaurants in the grey or lockdown COVID-19 restriction zone for their services, according to the source.

Documents obtained by The Canadian Press say companies who contravene the proposed law could face fines of up to $10 million.

The source says the limit has not yet been set but the province is looking at something similar to what was done in New York City, which recently capped delivery app commission fees at 20 per cent to help restaurants weather the pandemic.

5:12 a.m. As coronavirus cases surge again nationwide the Supreme Court late Wednesday barred New York from enforcing certain limits on attendance at churches and synagogues in areas designated as hard hit by the virus.

The justices split 5-4 with new Justice Amy Coney Barrett in the majority. It was the conservative’s first publicly discernible vote as a justice. The court’s three liberal justices and Chief Justice John Roberts dissented.

The move was a shift for the court. Earlier this year, when Barrett’s liberal predecessor, Justice Ruth Bader Ginsburg, was still on the court, the justices divided 5-4 to leave in place pandemic-related capacity restrictions affecting churches in California and Nevada.

The court’s action Wednesday could push New York to re-evaluate its restrictions on houses of worship in areas designated virus hot spots. But the impact of the court’s action is also muted because the Catholic and Orthodox Jewish groups that sued to challenge the restrictions are no longer subject to them.

5:08 a.m. Russian authorities have reported a record number of coronavirus deaths for a third straight day.

The government coronavirus task force registered 524 new deaths on Thursday, the highest daily toll in the pandemic. Previous records of 507 and 491 deaths were reported on Wednesday and Tuesday. A total of 38,062 people have died of coronavirus in Russia, according to the task force.

Russia has been swept by a rapid resurgence of the outbreak this fall, with numbers of confirmed COVID-19 infections and deaths hitting new highs almost daily and significantly exceeding those reported in the spring. On Thursday, officials reported 25,487 new infections, another record number.

5:04 a.m. Germany has passed the grim milestone of more than 15,000 deaths from the coronavirus.

The Robert Koch Institute, the country’s disease control centre, said Thursday that another 389 deaths were recorded overnight, bringing the total since the start of the pandemic to 15,160.

Germany has seen 983,588 total cases of the coronavirus after adding 22,368 overnight, the agency said.

Germany embarked on a so-called “wave-breaker” shutdown on Nov. 2, closing restaurants, bars, sports and leisure facilities but leaving schools, shops and hair salons open.

5 a.m. China on Thursday reported nine new coronavirus cases in the vast Inner Mongolia region, where authorities have closed schools, suspended flights, shuttered public venues and banned banquets and other gatherings.

The cluster has been centred on Manzhouli, a city of more than 200,000 along the border with Russia.

Authorities ordered nucleic acid testing of all residents to detect new cases after the country’s latest local outbreak first emerged late last week. Ground transport to and from the city has been largely cut off and movement around the city restricted.

Thursday 4 a.m. Ontario health officials are expected to release new COVID-19 projections today.

It will be the first time they have released such data since sending the province’s two biggest virus hot spots — Toronto and Peel Region — into lockdown earlier this week.

Two weeks ago, the province unveiled modelling that showed Ontario could see as many as 6,500 new daily cases of COVID-19 by mid-December unless steps are taken to limit the spread of the virus.

It said the province would reach 2,500 new daily cases by that time if the growth rate was at three per cent, or 6,500 if the growth rate was at five per cent.

At the time, Dr. Adalsteinn Brown, one of the experts behind the projections, said a five per cent growth rate was “slightly optimistic.’’

Premier Doug Ford announced he would lower thresholds for imposing stricter COVID-19 measures under the province’s colour-coded restrictions system the following day.

Wednesday 10:03 p.m.: La Corée du Sud a enregistré plus de 500 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures pour la première fois en environ huit mois alors que les autorités sanitaires luttent pour contenir une troisième vague d'infections.

La nation asiatique a connu un pic de cas depuis qu'elle a assoupli les règles strictes de distanciation sociale le mois dernier. To deal with the latest surge, the country on Tuesday reimposed tough distancing guidelines in Seoul and some other areas.

Les cas en Corée du Sud ont initialement atteint un sommet en février et mars derniers, les responsables rapportant quotidiennement des centaines de nouveaux cas, principalement liés à une secte religieuse. Sa deuxième épidémie majeure est survenue au cours de l'été et était principalement liée à la grande région de Séoul.

Les responsables disent que la dernière épidémie est inquiétante car il existe de nombreuses infections en grappes liées à diverses sources.

Click here to read more of Wednesday’s COVID-19 coverage.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *