Les bénéfices des grandes technologies augmentent à mesure que les ventes publicitaires augmentent

merlin 178809150 49834a06 9922 4670 b94d a31f96f2af82 facebookJumbo


Voici ce que vous devez savoir:

Crédit…Laura Morton pour le New York Times

Alphabet, la société mère de Google, a déclaré jeudi que les bénéfices de son dernier trimestre avaient augmenté de 59% par rapport à il y a un an, alors que les spécialistes du marketing investissaient de l'argent dans des publicités sur son moteur de recherche Internet et YouTube.

Alphabet a enregistré un bénéfice net de 11,25 milliards de dollars au troisième trimestre, le chiffre d'affaires ayant augmenté de 14% à 46,1 milliards de dollars. Les deux chiffres ont largement dépassé les attentes de Wall Street et les actions d'Alphabet ont augmenté de plus de 5% après les heures d'ouverture.

Lorsque les annonceurs ont ralenti leurs dépenses avec Google plus tôt cette année, alors que Covid-19 commençait à se répandre largement aux États-Unis, l'activité d'Alphabet a été durement touchée. Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires trimestriel d’Alphabet a diminué par rapport à l’année précédente pour la première fois dans l’histoire de la société. Mais à mesure que l'économie s'est améliorée et que les entreprises ont trouvé leur place, les annonceurs sont revenus.

Google reste plus que jamais indispensable aux annonceurs alors même que l'entreprise se défend contre une action en justice antitrust déposée plus tôt ce mois-ci par le ministère de la Justice. Le procès accuse la société de consolider la domination de son moteur de recherche par des accords anticoncurrentiels avec des fabricants d'appareils et des opérateurs de téléphonie mobile.

Crédit…Josh Edelson / Agence France-Presse – Getty Images

C'était un autre trimestre financier à succès pour Facebook.

Le réseau social a rapporté jeudi que ses revenus pour le troisième trimestre avaient augmenté de 22% par rapport à l'année précédente, à 21,2 milliards de dollars, tandis que les bénéfices ont bondi de 29% à 7,84 milliards de dollars. Les résultats ont dépassé les estimations des analystes de 19,8 milliards de dollars de revenus et de bénéfices de 5,53 milliards de dollars, selon les données fournies par FactSet.

Facebook a livré les résultats même après un large boycott des annonceurs cet été sur des questions de haine et de discours toxiques sur le site. Bien que la campagne populaire Stop Hate for Profit ait rallié bon nombre des principaux annonceurs sur Facebook à réduire leurs dépenses, les effets globaux ont été brefs. La société a également été confrontée à une pression réglementaire croissante, y compris une éventuelle affaire antitrust de la Federal Trade Commission.

La société a également continué à gagner des utilisateurs. Plus de 1,82 milliard de personnes ont utilisé l'application Facebook chaque jour, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente, a déclaré la société. Au total, plus de 2,54 milliards de personnes ont utilisé quotidiennement une ou plusieurs applications de la famille Facebook – Instagram, WhatsApp, Messenger ou Facebook, en hausse de 15% par rapport à l'année précédente.

«Nous avons connu un bon trimestre alors que les gens et les entreprises continuent de compter sur nos services pour rester connectés et créer des opportunités économiques en ces temps difficiles», a déclaré Mark Zuckerberg, fondateur et directeur général de Facebook. «Nous continuons à faire des investissements importants dans nos produits et nos recrutements afin de proposer des expériences nouvelles et significatives pour notre communauté à travers le monde.»

Facebook dépense plus pour sécuriser sa plate-forme avant l'élection présidentielle de mardi. La société a déclaré qu'elle employait plus de 56 000 personnes, en hausse de 32% par rapport à l'année précédente, et que plus de la moitié de ses revenus étaient consacrés aux dépenses d'exploitation.

La menace d'une réglementation est un point d'incertitude, a déclaré Facebook. Dans son rapport sur les résultats, les dirigeants ont mis en garde contre les modifications des lois concernant les transferts de données transatlantiques, sur la base de modifications potentielles imminentes de la législation de l'Union européenne.

Les analystes ont ignoré ces préoccupations. «Malgré un boycott en cours, les petites et moyennes entreprises, qui contribuent beaucoup plus aux ventes globales de l'entreprise, ont continué d'allouer leurs dollars publicitaires à Facebook», a déclaré Jesse Cohen, analyste financier chez Investing.com. "Semblable à d'autres plateformes de médias sociaux, Facebook n'a montré aucun signe qu'il ressentait la pression de la pandémie de coronavirus."

Crédit…Kevin Mohatt / Reuters

La flambée des achats en ligne alimentée par la pandémie a poussé Amazon à un record de ventes et de bénéfices au dernier trimestre.

Les ventes du troisième trimestre se sont chiffrées à 96,1 milliards de dollars, en hausse de 37% par rapport à l'année précédente, et les bénéfices ont augmenté de près de 200% à 6,3 milliards de dollars.

De plus, le trimestre n’incluait pas le coup de pouce habituel de Prime Day, la manne annuelle d’Amazon, qui a été reportée à octobre en raison de la pandémie. Et le profit est venu pendant un boom de la construction, avec Amazon développant son infrastructure d'entreposage et de livraison de 50% cette année. L'entreprise a ajouté près de 250 000 employés au cours du trimestre, dépassant pour la première fois plus d'un million de travailleurs.

Les résultats ont dépassé de loin les prévisions des analystes, qui s'attendaient à ce que l'entreprise affiche 92,8 milliards de dollars de ventes et 3,8 milliards de dollars de bénéfices, selon les estimations compilées par FactSet, une société de données financières.

La société a vendu 46% d'articles et de téléchargements numériques en plus dans son magasin, soit plus du double du taux de croissance avant la pandémie.

Amazon Web Services, la division lucrative de cloud computing de l'entreprise, a augmenté de 29%, les entreprises ayant accéléré leur passage à un modèle plus accessible aux forces de travail gérant des systèmes à distance.

Amazon a déclaré que les ventes pourraient atteindre 121 milliards de dollars au quatrième trimestre, en raison de la confluence de Prime Day, de la saison des achats des Fêtes et du virage des dépenses en ligne en raison de la pandémie.

Correction:

Une version antérieure de cet article a mal indiqué le taux de croissance d'Amazon Web Services, l'unité de cloud computing de l'entreprise. Il a augmenté de 29% et non de 27%.

Crédit…Brendan McDermid / Reuters

Citant les troubles civils à Philadelphie, Walmart a déplacé toutes ses armes et munitions hors des surfaces de vente de ses magasins par «précaution pour la sécurité de nos associés et clients».

Walmart, qui est le plus grand détaillant du pays et vend des armes à feu et des armes à feu dans environ la moitié de ses quelque 4 000 magasins aux États-Unis, a déclaré jeudi dans un communiqué que cette décision était motivée par «des troubles civils isolés».

Dans un e-mail, un porte-parole de l'entreprise a déclaré que cette décision avait été motivée par les manifestations et les pillages qui ont secoué Philadelphie cette semaine après que la police a tué Walter Wallace Jr., un homme noir souffrant de problèmes de santé mentale qui les a approchés en portant un couteau.

En juin, Walmart a pris une décision similaire de retirer les armes à feu de son plancher de vente lors des manifestations généralisées contre le meurtre de George Floyd par un policier du Minnesota. La décision de jeudi était plus tôt signalé par le Wall Street Journal.

«Il est important de noter que nous ne vendons des armes à feu que dans environ la moitié de nos magasins, principalement là où il y a de grandes concentrations de chasseurs, de sportifs et de sportives», a déclaré Walmart dans un communiqué. "Ces articles restent disponibles à l'achat par les clients."

Crédit…Amr Alfiky / Le New York Times

Alors que les inquiétudes concernant une autre vague d'inflexions de coronavirus ont balayé le monde ces derniers mois, les acheteurs ont de nouveau frappé les épiceries et ont fait le plein d'articles de garde-manger, faisant grimper les ventes de produits alimentaires de Kraft Heinz au troisième trimestre.

Le fabricant de ketchup Heinz, de macaroni au fromage Kraft et de charcuterie Oscar Mayer a déclaré jeudi que les ventes biologiques, qui éliminent les mouvements de devises, les acquisitions et les désinvestissements, ont augmenté de 6,3% pour atteindre 6,4 milliards de dollars au troisième trimestre par rapport à il y a un an. Lors d'un appel avec des analystes de Wall Street, le directeur général de la société, Miguel Patricio, a déclaré que Kraft Heinz avait vu la demande de détail pour ses produits s'accélérer à nouveau dans la seconde moitié de septembre.

Kraft Heinz, qui était aux prises avec son mix de produits et la structure de sa société avant la pandémie, a déclaré que le bénéfice net avait chuté de 33,7% au cours du trimestre à 597 millions de dollars en raison de charges résultant de son annonce en septembre de vendre une partie de ses activités fromagères, notamment Cracker Barrel et Polly -O à la société française Lactalis.

Mais comme d'autres grands fabricants de produits alimentaires, Kraft Heinz a profité du large changement des consommateurs pour manger plus de repas à la maison pendant la pandémie. S'attendant à ce que cette tendance se poursuive jusqu'à la fin de l'année, Kraft Heinz a augmenté ses perspectives pour l'ensemble de 2020.

Le géant céréalier Kellogg a déclaré que les ventes de ses céréales et de ses collations avaient augmenté au troisième trimestre, mais à un rythme plus lent que la période précédente. Après avoir grimpé de 9,2% au deuxième trimestre, les ventes organiques de Kellogg ont augmenté de 4,5% au troisième trimestre pour atteindre environ 3,6 milliards de dollars. Le bénéfice net a grimpé à 348 millions de dollars, contre 247 millions de dollars il y a un an.

Les dirigeants ont déclaré que les consommateurs du trimestre avaient grignoté des croustilles Pringles et ont rempli leurs caddies de gaufres Eggo et d'aliments de substitution à la viande Morningstar Farms, y compris une nouvelle gamme de hamburgers à base de plantes et de pépites de poulet appelée «Incogmeato».

L'amour des consommateurs pour les tacos et les burritos a fait grimper les revenus de Yum Brands de 8% à 1,45 milliard de dollars au troisième trimestre. Le bénéfice net a augmenté de 11 pour cent à 283 millions de dollars un an plus tôt.

Taco Bell a été le grand gagnant de l'entreprise, les gens achetant des repas plus grands pour les familles et adoptant un nouveau produit, le burrito au fromage grillé.

Taco Bell, dont les ventes ont été touchées par une réduction du petit-déjeuner et des repas de fin de soirée depuis le début de la pandémie, a annoncé des gains de ventes dans les magasins comparables de 3% au troisième trimestre. Ces gains ont compensé les pertes des deux autres grandes chaînes de Yum Brands, KFC et Pizza Hut. Les deux chaînes ont augmenté leurs ventes à magasins comparables aux États-Unis, mais elles ont signalé une baisse des ventes mondiales en raison du retard de la demande.

La faiblesse des marchés internationaux pourrait continuer d'affecter Yum Brands au quatrième trimestre. L'Europe représente moins de 10% des ventes de Pizza Hut et 5% de celles de KFC, mais les dirigeants ont déclaré qu'ils surveillaient de près la région alors que la France passait à un autre verrouillage national et que l'Allemagne se rapprochait un peu en réponse à l'augmentation des cas de coronavirus.

Les marchés des États-Unis et de la Chine ont rebondi plus rapidement que prévu pour la chaîne de café Starbucks, ce qui n'a entraîné que des ventes mondiales à magasins comparables au cours du trimestre par rapport à la même période l'an dernier.

Alors que de plus en plus de Starbucks se sont ouverts à des restaurants limités en magasin aux États-Unis et en Chine, qui représentent 61% du total des magasins mondiaux de la société, les ventes des magasins comparables se sont considérablement améliorées par rapport à la baisse de 40% du trimestre précédent.

Au cours du dernier trimestre, les revenus ont baissé de 8% à 6,2 milliards de dollars, tandis que le bénéfice net a été réduit de moitié à 392 millions de dollars.

Lors d'un appel avec des analystes, le directeur général, Kevin Johnson, a déclaré que la société s'adaptait à l'évolution des habitudes de consommation. Le trafic s'est déplacé des zones métropolitaines denses vers les banlieues, et les courses de café tôt le matin se sont déplacées vers les affaires en milieu de matinée, a-t-il déclaré.

Le menu de saison d'automne de Starbucks, en particulier sa «plate-forme de citrouille», a également été une aubaine, car le café Pumpkin Cream Cold Brew a dépassé les ventes d'un favori de longue date des fans, le Pumpkin Spice Latte.

Crédit…Michael M. Santiago / Getty Images

Pommes les ventes ont légèrement augmenté au dernier trimestre même si la pandémie l'a contraint à repousser la sortie de l'iPhone 12 à octobre, soulignant la force croissante d'autres secteurs de l'entreprise.

Apple a déclaré jeudi que les revenus avaient augmenté de 1% à 64,7 milliards de dollars au cours des trois mois qui se sont terminés le 30 septembre, malgré une baisse de 20% des ventes d'iPhone, car la comparaison de l'année précédente incluait les premières ventes de l'iPhone 11. Les bénéfices ont chuté de 7,4% à 12,7 $. milliards, en partie parce qu'Apple a dépensé plus en recherche et développement.

Dans sa publication de résultats, Apple n'a pas donné d'indications pour le trimestre en cours, qui est le chiffre que de nombreux investisseurs avaient le plus anticipé car il aurait signalé des attentes de vente pour le nouvel iPhone 12. Le nouvel iPhone a été mis en vente ce mois-ci.

L'activité de services d'Apple, qui comprend les revenus de l'App Store et des offres numériques comme Apple Music, a continué de briller. Les revenus des services ont augmenté de 16,3% à 14,5 milliards de dollars. Apple a placé cette activité au cœur de sa stratégie de croissance et est devenue le deuxième moteur de revenus de la société après les iPhones.

Les ventes d'iPad ont également augmenté de 46%, d'ordinateurs Mac de 29% et de dispositifs portables de 21%. Tous ces produits se sont combinés pour compenser la baisse des ventes d'iPhone.

"Il se passe beaucoup de choses ici, et tout se passe incroyablement bien", a déclaré Luca Maestri, directeur financier d'Apple, dans une interview.

Mais le secteur des services fait face à une menace. Une grande partie de ces revenus – environ 8 à 12 milliards de dollars par an – provient des paiements de Google pour faire de son moteur de recherche le choix présélectionné sur les iPhones. Ce partenariat est maintenant en péril après que le ministère de la Justice a poursuivi Google ce mois-ci et a distingué l'accord comme l'un des plus grands moyens par lesquels Google éloigne injustement ses concurrents.

La baisse des revenus d'Apple ne devrait pas effrayer les investisseurs, car elle était attendue, étant donné la sortie de l'iPhone plus tardive que d'habitude. La société publie généralement de nouveaux iPhones en septembre.

Le prochain trimestre sera le véritable test de la capacité d'Apple à maintenir son énorme activité iPhone en plein essor. Depuis plus d'un an, les analystes anticipent le dernier trimestre de cette année car de nombreux clients attendent de mettre à niveau leurs appareils pour pouvoir acheter l'iPhone 12, qui fonctionne avec des réseaux sans fil 5G plus rapides. Les investisseurs ont investi de l'argent dans l'action d'Apple dans l'espoir que le trimestre produirait des résultats records, poussant la valorisation de la société au-delà de 2 billions de dollars.

Crédit…Mike Blake / Reuters

Les activités de Twitter montrent des signes de reprise alors que les annonceurs, qui ont abandonné la plateforme au début de la pandémie, commencent à revenir.

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre était de 936 millions de dollars, une amélioration de 14% par rapport au même trimestre de l'année dernière qui dépassait les attentes des analystes de 775 millions de dollars. Le bénéfice net était de 29 millions de dollars, en baisse de 21% par rapport à il y a un an.

Mais la croissance des utilisateurs a été lente. Twitter n'a ajouté qu'un million d'utilisateurs actifs quotidiens au cours du trimestre, pour atteindre un total de 187 millions. Les analystes avaient prédit que la société atteindrait 195 millions d'utilisateurs actifs quotidiens, et le cours de l'action de Twitter a chuté de 14% jeudi après les heures de bureau.

"Nous restons convaincus que notre audience plus large, associée à des améliorations continues des produits, à de nouveaux événements et lancements de produits, et à la réponse positive des annonceurs aux choix que nous avons faits au fur et à mesure que nous avons développé le service, peut générer d'excellents résultats au fil du temps", a déclaré Ned Segal, directeur financier de Twitter.

Twitter a déclaré qu'il cherchait plus d'opportunités pour connecter les utilisateurs à des expériences en direct et a déclaré que la saison hivernale pourrait accélérer la croissance des achats en ligne, offrant ainsi à l'entreprise davantage d'opportunités publicitaires.

Mais Twitter a averti les investisseurs que l'élection pourrait introduire de l'incertitude dans les dépenses des annonceurs. Au cours du trimestre précédent, Twitter a vu de nombreux annonceurs retirer leurs campagnes en réponse aux manifestations généralisées de Black Lives Matter aux États-Unis.

  • Les actions de Wall Street ont rebondi jeudi, rebondissant après leur pire baisse en plus de quatre mois, sous l'impulsion des gains des grandes entreprises technologiques.

  • Après un démarrage instable, le S&P 500 a augmenté d'environ 1,2%. L’indice avait chuté de 3,53% mercredi, la plus forte baisse quotidienne depuis la mi-juin. Le Stoxx Europe 600 a terminé une journée volatile avec une légère baisse.

  • Une poignée de grandes entreprises technologiques ont progressé avant leurs rapports de bénéfices. Twitter a bondi de près de 8% et était l'une des actions les plus performantes du S&P 500. Facebook, Alphabet et Apple et Amazon étaient également plus élevés et le composite Nasdaq a augmenté de 1,6%.

  • Mais les inquiétudes qui avaient alimenté la vente de mercredi – la résurgence de la pandémie de coronavirus en Europe et aux États-Unis – persistaient dans certains coins des marchés financiers. Les prix du pétrole brut ont chuté d'environ 3 pour cent, s'ajoutant à une baisse de plus de 5 pour cent la veille.

  • La France et l'Allemagne ont annoncé mercredi de nouvelles restrictions à l'échelle nationale, fermant les entreprises d'hôtellerie et de loisirs et demandant aux gens de rester chez eux jusqu'en novembre.

  • Le Fonds monétaire international a revu à la baisse ses prévisions pour l'économie britannique jeudi, disant G.D.P. baisserait de 10,4% cette année et n'augmenterait que de 5,7% en 2021, une contraction plus profonde et une reprise plus lente que prévu il y a trois semaines. À cette époque, une deuxième vague de cas de coronavirus est passée d'un risque théorique à une réalité, car elle balaie une grande partie de l'Europe.

  • L'attention renouvelée sur la pandémie a ajouté à un tronçon déjà turbulent pour les commerçants de Wall Street, où les attentes d'une aide économique imminente de Washington ont été déçues et les inquiétudes concernant la prochaine élection présidentielle maintiennent de nombreux investisseurs sur la touche.

  • Un rapport sur les données du produit intérieur brut américain pour le troisième trimestre, publié jeudi, a montré l'augmentation trimestrielle la plus rapide jamais enregistrée, mais a révélé une reprise incomplète, l'économie étant toujours inférieure de plusieurs points de pourcentage à celle d'avant la pandémie. G.D.P. a augmenté de 7,4 pour cent au troisième trimestre, a déclaré le département du Commerce. Les demandes hebdomadaires de chômage sont restées élevées à 732 000.




overall 335

Produit intérieur brut, ajusté

pour l'inflation et la saisonnalité, à

tarifs annuels

overall 600

Produit intérieur brut, corrigé de l'inflation

et saisonnalité, aux taux annuels


La production économique aux États-Unis a augmenté au rythme le plus rapide jamais enregistré au dernier trimestre, alors que les entreprises ont commencé à rouvrir et que les clients sont revenus dans les magasins. Mais l'économie n'est sortie que partiellement de son trou induit par la pandémie et les progrès ralentissent.

Le produit intérieur brut a augmenté de 7,4% au troisième trimestre, le département du Commerce a déclaré jeudi. Le gain, l'équivalent de 33,1 pour cent sur une base annualisée, était de loin le plus important depuis que des statistiques fiables ont commencé après la Seconde Guerre mondiale; le record précédent était une augmentation trimestrielle de 3,9 pour cent en 1950.

Pourtant, l'économie au troisième trimestre est restée 3,5% plus petite qu'à la fin de 2019, avant le début de la pandémie. Par comparaison, G.D.P. a diminué de 4% sur toute l'année et demie de la Grande Récession il y a dix ans.

Le rapport était la dernière grande donnée économique avant l'élection présidentielle de mardi. Le président Trump a salué le grand gain comme preuve que l'économie avait repris vie après les fermetures provoquées par la pandémie du printemps.

Mais les économistes ont déclaré que les chiffres du troisième trimestre révélaient moins la force de la reprise que la gravité de l'effondrement qui l'a précédée. G.D.P. a chuté de 1,3% au premier trimestre et de 9% au deuxième, la pandémie ayant forcé des fermetures d’entreprises généralisées. Un grand rebond était inévitable une fois que l'économie a commencé à rouvrir. Le défi est ce qui vient ensuite.

«La raison pour laquelle nous avons eu un tel rebond est que l'économie est passée de fermée à partiellement ouverte», a déclaré Michelle Meyer, responsable de l'économie américaine à la Bank of America. «La croissance facile a été épuisée, et maintenant le travail acharné doit être fait en termes de guérison complète.»

Déjà, il y a des signes que la reprise s'essouffle. La production industrielle a chuté en septembre et la croissance de l'emploi s'est ralentie, alors même qu'une liste croissante de grandes entreprises a annoncé de nouvelles séries de licenciements et de congés à grande échelle. La plupart des économistes s'attendent à ce que le ralentissement s'aggrave au cours des trois derniers mois de l'année alors que les cas de virus augmentent et que l'aide fédérale aux ménages et aux entreprises diminue.

«Nous connaissons une reprise record, mais elle survient après un effondrement encore plus record, et il semble que la dynamique économique s’estompe au quatrième trimestre», a déclaré Jim O’Sullivan, stratège en chef de la stratégie macroéconomique aux États-Unis chez Valeurs Mobilières TD.

Vidéo

transcription

transcription

Pelosi "Very Confident" Biden gagnera

La Présidente Nancy Pelosi a déclaré jeudi qu’elle s’était déjà préparée à la présidence du candidat démocrate.

Je suis convaincu que Joe Biden sera élu président mardi, quel que soit le décompte final. Mais lors de l'élection qui aura lieu mardi, il sera élu. Le 20 janvier, il sera inauguré président des États-Unis. Ainsi, même si nous ne voulons pas être trop confiants ou supposer quoi que ce soit, nous devons être prêts à savoir comment nous allons emprunter une voie différente. Nous sommes arrivés à une croisée des chemins en ce qui concerne le coronavirus. Le président nous a emmenés sur un chemin mortel. Le Heroes Act nous emmène sur la voie scientifique pour aider à sauver les vies, les moyens de subsistance et la vie du peuple américain. Ce week-end devrait être très intéressant de voir combien de personnes supplémentaires voteront à l'avance. J'espère que les gens ne dépendront pas du courrier parce qu'ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour démanteler le système postal. Mais je salue nos postiers, nos facteurs et ceux qui tirent le meilleur parti de la situation. Mais même le service postal dit qu’il est trop tard maintenant pour envoyer un courrier. Eh bien, je veux, je veux un projet de loi pour deux raisons. D'abord et avant tout, le peuple américain a besoin d'aide, il a besoin d'une aide réelle. Et deuxièmement, nous avons beaucoup de travail à faire au sein de l'administration Joe Biden. Nous allons construire l’infrastructure de l’Amérique de manière verte.

Chargement du lecteur vidéo
La Présidente Nancy Pelosi a déclaré jeudi qu’elle s’était déjà préparée à la présidence du candidat démocrate.CréditCrédit…Anna Moneymaker pour le New York Times

La présidente Nancy Pelosi a déclaré jeudi qu'elle souhaitait parvenir à un accord sur un projet de loi de secours économique lors de la session boiteuse du Congrès après les élections pour dégager les ponts pour une présidence de Joseph R. Biden Jr., exprimant son optimisme quant au fait qu'un accord pourrait être conclu malgré des mois de négociations hésitantes.

«Je veux un projet de loi pour deux raisons», a déclaré Mme Pelosi, une démocrate de Californie, lors de sa dernière conférence de presse avant les élections de mardi. «D'abord et avant tout, le peuple américain a besoin d'aide, il a besoin d'une aide réelle. Deuxièmement, nous avons beaucoup à faire dans une administration Joe Biden. »

Quelques heures plus tôt, elle avait écrit au secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, demandant une réponse aux principales différences dans les pourparlers de secours trébuchants alors que les petites entreprises continuent de se débattre et que des millions d'Américains restent sans travail en raison de la pandémie de coronavirus.

«Vos réponses sont essentielles pour que nos négociations se poursuivent», a déclaré Mme Pelosi à M. Mnuchin.

Jeudi après-midi, M. Mnuchin a riposté avec sa propre lettre à Mme Pelosi, l'accusant de «coup politique».

«Je me suis réveillé ce matin et j'ai lu votre lettre dans la presse», a écrit M. Mnuchin. «Parce que vous l’avez envoyé à mon bureau à minuit et que vous l’avez diffusé simultanément dans la presse, je peux malheureusement en conclure qu’il s’agit d’un coup politique.»

M. Mnuchin a indiqué qu'il s'était entretenu avec Mme Pelosi presque quotidiennement au cours des 45 derniers jours et l'a accusée d'avoir dénaturé l'état d'avancement de leurs négociations.

La liste des problèmes non résolus comprend la demande d’aide des démocrates aux États et aux gouvernements locaux, le montant du financement pour les écoles et la garde d’enfants, et les conditions d’un plan national de dépistage des coronavirus que Mme Pelosi recherche depuis longtemps.

Malgré les souhaits de Mme Pelosi, les législateurs et l’administration ne seront probablement pas en mesure de réconcilier rapidement leurs divergences, en particulier compte tenu des préoccupations largement répandues parmi les conservateurs de Capitol Hill quant à la portée et à la taille du paquet.

Mme Pelosi, cependant, a continué à insister pour que M. Mnuchin, le négociateur principal de la Maison Blanche, accepte le libellé final sur un certain nombre de questions et réponde aux demandes démocrates.

Mme Pelosi a déclaré que M. Mnuchin n'avait pas encore accepté la langue finale du test, malgré sa déclaration de ce mois-ci selon laquelle "nous serons fondamentalement d'accord avec leur langue de test."

Dans sa lettre, Mme Pelosi a déclaré: «Les paroles du président selon lesquelles 'après les élections, nous obtiendrons le meilleur plan de relance que vous ayez jamais vu' n'ont de sens que s'il peut amener Mitch McConnell à retirer sa main du bouton de pause et à obtenir Les présidents républicains du Sénat se dirigent vers un accord avec leurs homologues de la Chambre. »

Elle faisait référence aux objections publiques des républicains du Sénat au cadre de près de 2 000 milliards de dollars. M. McConnell, le chef de la majorité, a conseillé en privé à la Maison Blanche de ne pas accepter un accord jusqu'à la fin des élections.

M. Mnuchin a déclaré que l'administration Trump avait proposé des compromis raisonnables sur plusieurs fronts et que Mme Pelosi avait retardé une législation qui permettrait au gouvernement de soutenir les compagnies aériennes et les petites entreprises et d'offrir des paiements de relance supplémentaires avec les fonds inutilisés du dernier plan de secours.

«Votre approche TOUT OU AUCUN fait du tort aux Américains qui travaillent dur et qui ont besoin d'aide maintenant», a écrit M. Mnuchin.

Exxon Mobil emploie directement plus de 70 000 personnes et a déclaré qu'elle supprimerait environ 1 900 de ces emplois, principalement dans son bureau de direction de Houston. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2020 /10/29/business/29markets-brf-exxon1/merlin_172885194_4699cbae-b3d3-439b-8f61-94ed24ddf7dc-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale "srcset =" https://static.com/images01. 2020/10/29 / business / 29markets-brf-exxon1 / merlin_172885194_4699cbae-b3d3-439b-8f61-94ed24ddf7dc-articleLarge.jpg? Quality = 90 & auto = webp 600w, https: //static01.nyt.com//20images/10 /29/business/29markets-brf-exxon1/merlin_172885194_4699cbae-b3d3-439b-8f61-94ed24ddf7dc-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w, https: //static01.nyt.com//20images/2020/10/29/ business / 29markets-brf-exxon1 / merlin_172885194_4699cbae-b3d3-439b-8f61-94ed24ddf7dc-superJumbo.jpg? quality = 90 & auto = webp 2048w "tailles =" ((largeur min .: 600px) et (largeur max: 1004w) 84v , (largeur min: 1005px) 60vw, 100vw "decoding =" async "itemprop =" url "itemid =" htt ps: //static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-exxon1/merlin_172885194_4699cbae-b3d3-439b-8f61-94ed24ddf7dc-articleLarge.jpg? quality = 75 & auto = webp & disable = upscale
Crédit…Jim Young / Reuters

Sous la pression des prix bas du pétrole et du gaz naturel, Exxon Mobil a déclaré jeudi qu'il supprimerait 1 900 emplois grâce à des licenciements volontaires et involontaires aux États-Unis au cours des prochains mois.

Exxon a également déclaré qu'elle réduisait de 14 000 le nombre de sous-traitants qu'elle utilise dans le monde au cours des deux prochaines années. Ces réductions font suite à d'importantes réductions d'autres sociétés pétrolières et gazières. Mercredi, la société a annoncé qu'elle maintiendrait son dividende à son niveau actuel.

Exxon Mobil emploie directement plus de 70 000 personnes et a déclaré que les nouvelles suppressions d'emplois aux États-Unis se feraient principalement dans son bureau de direction de Houston.

«Ces actions permettront d’améliorer la compétitivité-coût à long terme de la société et de garantir que la société gère les conditions actuelles sans précédent du marché», a déclaré la société dans un communiqué citant la baisse de la demande d’énergie due à la pandémie. Le contrat à terme de référence sur le pétrole américain se négociait autour de 36 dollars le baril jeudi, contre environ 56 dollars le baril il y a un an.

L’action d’Exxon Mobil, qui a fortement chuté cette année, a augmenté d’environ 3% jeudi après-midi.

  • Airbus a annoncé une perte d'exploitation consolidée de 636 millions d'euros, soit 745 millions de dollars, au troisième trimestre, mais le géant européen de l'aérospatiale a réussi à arrêter de saigner des liquidités et s'attend à une stabilité continue après avoir ajusté ses activités en réponse à la crise des coronavirus, a déclaré jeudi la société. Le PDG, Guillaume Faury, a émis une note prudemment optimiste sur l'avenir de l'entreprise lors d'un point de presse, un jour après que son rival Boeing a annoncé son intention de supprimer 7000 emplois supplémentaires d'ici la fin de l'année prochaine, en s'appuyant sur une réduction beaucoup plus importante annoncée ce printemps.

  • La Banque centrale européenne a laissé la politique monétaire inchangée après une réunion de son Conseil des gouverneurs jeudi, mais a indiqué qu'elle pourrait prendre de nouvelles mesures pour stimuler l'économie de la zone euro en décembre. «Dans l'environnement actuel de risques clairement orientés à la baisse, le Conseil des gouverneurs évaluera attentivement les informations entrantes, y compris la dynamique de la pandémie, les perspectives de déploiement des vaccins et l'évolution du taux de change», a déclaré la banque dans un communiqué. déclaration.

  • Tiffany & Company a déclaré jeudi qu'elle avait a accepté de réduire le prix de sa cession au conglomérat français LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton. Le règlement mettrait fin à un différend entre les entreprises et scellerait l’une des plus grandes transactions du monde du luxe. Tiffany et LVMH ont convenu d'un prix révisé de 131,50 $ par action, contre 135 $. Cela porterait la vente à un peu moins de 16 milliards de dollars, soit environ 400 millions de dollars de moins qu'auparavant. Ils ont également accepté de régler les poursuites en duel devant un tribunal du Delaware.

ABC a enregistré la plus forte augmentation des ventes publicitaires des réseaux de diffusion, avec un bond de 21%, selon un nouveau rapport. "Class =" css-11cwn6f "src =" https://static01.nyt.com/images/2020/10 /29/us/29markets-brf-papers/merlin_179244396_b83e497e-f3e1-4b49-a27b-f3fc08994748-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale "srcset =" https://static0/201.nyt.com 10/29 / us / 29markets-brf-papers / merlin_179244396_b83e497e-f3e1-4b49-a27b-f3fc08994748-articleLarge.jpg? Quality = 90 & auto = webp 600w, https: //static01.nyt.com/images/2020/10/29 /us/29markets-brf-papers/merlin_179244396_b83e497e-f3e1-4b49-a27b-f3fc08994748-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w, https: //static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/ 29markets-brf-papers / merlin_179244396_b83e497e-f3e1-4b49-a27b-f3fc08994748-superJumbo.jpg? Quality = 90 & auto = webp 2048w "tailles =" ((largeur min: 600px) et (largeur max: 1004px) 84vw min-width: 1005px) 60vw, 100vw "decoding =" async "itemprop =" url "itemid =" https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-b rf-papers / merlin_179244396_b83e497e-f3e1-4b49-a27b-f3fc08994748-articleLarge.jpg? quality = 75 & auto = webp & disable = upscale
Crédit…Celeste Sloman pour le New York Times

Les entreprises de journaux ont encore plus souffert pendant la pandémie que pendant la Grande Récession, mais les revenus des réseaux de télévision comme ABC et Fox News ont grimpé en flèche, selon un rapport publié jeudi par le Pew Research Center.

La combinaison de la pandémie et d'une campagne présidentielle signifiait un public plus large que d'habitude pour Fox News, CNN et MSNBC. Of the three, only the top-rated channel, Fox News, was able to translate the surge in the number of viewers into more advertising dollars. Ad sales for Fox News increased 41 percent in the second quarter of 2020, compared with the same period in 2019. At the same time, CNN had a 14 percent slump, and MSNBC’s ad sales fell by 27 percent, according to the report.

Fox News has had consistently higher ad revenue than its rival cable networks since 2007, Michael Barthel, a senior researcher with Pew, wrote in an email, adding that Fox News may have been able to “provide some unique value to advertisers” because it is unmatched in its appeal to Republicans.

Mr. Barthel also suggested that, during a summertime advertiser boycott of Tucker Carlson’s prime time Fox News show, companies may have shifted their ad spending to other programs on the network, rather than decamp to its competitors.

Many TV networks cut back the time allotted for commercial breaks in part because companies were advertising less during the pandemic, said Gregory Aston, the head of digital media research science at Kantar Media, which provided data for Pew’s report. He added that traffic to CNN’s website surged 40 percent, while downloads of the network’s app increased 35 percent, which may have helped it “optimize its revenue opportunity.”

ABC had the largest ad sales increase of the broadcast networks, with a 21 percent jump, compared with single-digit jumps for CBS and NBC, according to the report.

But ad revenue sank by a median of 42 percent at Gannett, McClatchy, The New York Times Company and three other publicly traded newspaper companies that collectively own more than 300 daily papers. Tribune Publishing had a year-over-year decline of 48 percent. Digital ads failed to support the publications, as sales plunged 32 percent.

Political ads for local television, as well as retransmission fees paid by cable providers, helped buffer local television owners from the effects of the pandemic, according to the report. But overall advertising revenue slipped for five companies, including Sinclair Broadcast Group and Tegna, that collectively own 600 stations.

A Singapore Airlines Airbus A380 at the Changi Airport in Singapore. Airbus earlier this year moved to curb airplane production and cut jobs to rein in costs." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-airbus/merlin_178993170_3118fdcd-c4b4-4085-9942-7bf0eb38620f-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-airbus/merlin_178993170_3118fdcd-c4b4-4085-9942-7bf0eb38620f-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-airbus/merlin_178993170_3118fdcd-c4b4-4085-9942-7bf0eb38620f-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-airbus/merlin_178993170_3118fdcd-c4b4-4085-9942-7bf0eb38620f-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-airbus/merlin_178993170_3118fdcd-c4b4-4085-9942-7bf0eb38620f-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Wallace Woon/EPA, via Shutterstock

Airbus suffered a consolidated operating loss of 636 million euros, or $745 million, in the third quarter, but the European aerospace giant managed to stop bleeding cash and expected continued stability after adjusting its business in response to the coronavirus crisis, the company said Thursday.

Airbus’s chief executive, Guillaume Faury, sounded a cautiously optimistic note about the company’s future at a news briefing, a day after its rival Boeing announced plans to slash another 7,000 jobs through the end of next year, building on a much larger cut announced this spring. Boeing expects to end 2021 with about 130,000 employees, nearly 19 percent fewer than at the start of this year.

“After nine months of 2020, we now see the progress made on adapting our business to the new Covid-19 market environment,” Mr. Faury said. “Despite the slower air travel recovery than anticipated, we converged commercial aircraft production and deliveries in the third quarter and we stopped cash consumption in line with our ambition.”

Airbus earlier this year moved to curb airplane production and slash 15,000 jobs by the summer of 2021 to rein in costs as the slump in air travel from the pandemic took its toll. This week, the World Tourism Organization signalé that international tourist arrivals plunged 70 percent during the first eight months of 2020, and probably would not recover for at least another year.

Airbus reported positive cash flow of €600 million in the three months to September. Its ability to maintain that trajectory would hinge on whether there was any further deterioration of the world economy and air traffic, the company said.

Mr. Faury said he expected Airbus to keep generating cash, despite new lockdowns to curb the virus announced Thursday in France and Germany, where Airbus has production operations.

The coronavirus crisis nonetheless weighed heavily on the company’s results. The plane maker took a third-quarter restructuring charge of €1.2 billion, reflecting the cost of planned job cuts.

Over the nine months of the fiscal year, Airbus had a consolidated operating loss of €2.1 billion. Third-quarter revenue fell 27 percent to €11.2 billion, reflecting a 33 percent drop in the main commercial aviation division. Airbus’s net loss from July to September was €767 million, compared with a profit of €989 million a year earlier.

Dignity GoHealth workers run Abbott ID Now rapid tests for United Airlines passengers in San Francisco. United is hoping expanded testing can help reopen international travel." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-united/merlin_178587156_f66c8efe-f1e5-486b-b18c-2f82f74d9b72-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-united/merlin_178587156_f66c8efe-f1e5-486b-b18c-2f82f74d9b72-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-united/merlin_178587156_f66c8efe-f1e5-486b-b18c-2f82f74d9b72-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-united/merlin_178587156_f66c8efe-f1e5-486b-b18c-2f82f74d9b72-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-united/merlin_178587156_f66c8efe-f1e5-486b-b18c-2f82f74d9b72-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Jeff Chiu/Associated Press

For a month, beginning in November, United Airlines will test passengers over the age of 2 for the coronavirus on select flights from Newark Liberty International Airport to Heathrow Airport in London, in a trial intended to help convince government officials that testing could be a crucial part of reopening international travel.

United will administer the rapid molecular Abbott ID Now Covid-19 test to people flying between Nov. 11 and Dec. 11 on Flight 14, departing at 7:15 p.m. on Mondays, Wednesdays and Fridays from Newark. Everyone hoping to be on those flights will have to test negative for the coronavirus to board the plane. Those who test positive will be isolated and asked to get in touch with their health care provider, and the airline will help them book a flight for a later date. People who do not want to take the test will be moved to another flight.

“We believe the ability to provide fast, same-day Covid-19 testing will play a vital role in safely reopening travel around the world and navigating quarantines and travel restrictions, particularly to key international destinations like London,” said Toby Enqvist, chief customer officer for United. In September, international air arrivals to New York’s five regional airports were down 82 percent compared with September 2019, according to data from the Port Authority of New York and New Jersey.

People on the flights will have to make appointments to get tested, and the airline is advising them to plan to arrive at least three hours before a flight. The testing site at Newark will be in the United Club near Gate C93.

The pilot program is intended to make passengers feel comfortable traveling again, but it won’t replace practices like mask wearing, social distancing and protocols for boarding and deplaning that have become mandatory in recent months. Passengers will still have to follow quarantine rules when they arrive in London.

The test comes on the heels of United and other airlines offering coronavirus testing to people traveling from mainland states to Hawaii, where those with a negative test can skip the state’s 14-day quarantine. Travel industry experts believe that testing will make it possible for people to bypass quarantines and make it easier for international travel to begin again, and United’s leadership team hopes that the trial will lead to more testing at airports.

Investors have pummeled Shell’s shares since the company cut its dividend earlier this year for the first time since World War II." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-shell/merlin_179235690_735daf3c-4933-4830-90b9-0d5e7f7516e9-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-shell/merlin_179235690_735daf3c-4933-4830-90b9-0d5e7f7516e9-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-shell/merlin_179235690_735daf3c-4933-4830-90b9-0d5e7f7516e9-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-shell/merlin_179235690_735daf3c-4933-4830-90b9-0d5e7f7516e9-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-shell/merlin_179235690_735daf3c-4933-4830-90b9-0d5e7f7516e9-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Carl Court/Agence France-Presse — Getty Images

Royal Dutch Shell, Europe’s largest oil company, said on Thursday that it would raise its dividend for the third quarter by about 4 percent to 16.65 cents and keep increasing it by a similar amount annually in an effort to win back investors.

Investors have pummeled Shell’s shares since the company cut its dividend earlier this year for the first time since World War II. The share price was up about 2 percent in trading on Thursday.

Ben van Beurden, the company’s chief executive, said that Shell would be able to afford both increasing payouts to shareholders and the large investments needed to put in place his plans to shift Shell away from emissions generating oil and natural gas to cleaner energy like wind, solar and hydrogen. The idea is to make Shell “ a compelling investment case,” Mr. van Beurden said in a statement.

Shell’s adjusted earnings of $955 million for the third quarter were 80 percent lower than in the period the previous year as the company struggles with lower oil and natural gas prices stemming from the coronavirus pandemic.

Mr. van Beurden said during a news conference that Shell would sharply increase investment in what he labeled Shell’s future businesses to roughly 25 percent of the annual total of capital spending of around $20 billion, from 11 percent. Those businesses including retailing, renewable energy and electric power. Mr. van Beurden said that 2019 was probably Shell’s “high point” for oil production.

After two record-setting quarters — one down, one up — economic growth at the end of the year will probably look comparatively normal. That’s not a good thing.

The big rebound in gross domestic product in the third quarter means economic output is about two-thirds of the way back to where it was before the pandemic began. A similar gain in the fourth quarter would not just fill in the gap, it would put the United States more or less back on its pre-pandemic growth path.

There is virtually no chance of that. Monthly data on jobs, consumer spending and industrial output all show that progress slowed significantly over the course of the third quarter. With federal aid drying up and coronavirus cases rising again, most economists expect the slowdown to continue or worsen in the last three months of the year.

Forecasts for the next G.D.P. report are highly uncertain this early in the quarter — even the third-quarter figures are still preliminary. But most forecasters expect growth to slow to 1 to 1.5 percent (4 to 5 percent on an annual basis). That would leave the economy about 2.5 percent smaller than before the pandemic.

A 2.5 percent contraction would be the equivalent of a relatively typical recession — smaller than the Great Recession a decade ago, but substantially worse than the mild downturns of the early 1990s and 2000s.

“We’re no longer in unprecedented territory, but this is still a deep gash in our economy,” said Tara Sinclair, a George Washington University economist who studies recessions.

What is troubling, Ms. Sinclair said, is that after the initial bounce, the economy appears to be falling into a pattern that has become familiar in recent decades: a steep drop in a recession, followed by a painfully slow rebound. Congress’s failure to provide more stimulus spending, she said, makes a weak recovery more likely.

“Without any further support, it’s going to be a slog,” she said.

Josh Tex, the manager of Circa at Clarendon, a restaurant in Arlington, Va., prepared the outdoor seating area for customers on Wednesday. Businesses that survived the summer may have to close their doors during the winter." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-brf-jobless-alt/merlin_179209683_a433cd6c-e970-4db1-bdb2-5337929d634d-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-brf-jobless-alt/merlin_179209683_a433cd6c-e970-4db1-bdb2-5337929d634d-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-brf-jobless-alt/merlin_179209683_a433cd6c-e970-4db1-bdb2-5337929d634d-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-brf-jobless-alt/merlin_179209683_a433cd6c-e970-4db1-bdb2-5337929d634d-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/us/29markets-brf-jobless-alt/merlin_179209683_a433cd6c-e970-4db1-bdb2-5337929d634d-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Alyssa Schukar for The New York Times

The number of workers newly filing for unemployment benefits dipped slightly last week, a sign that the country’s economic recovery remains fragile.

le Labor Department reported on Thursday that 732,000 workers filed new claims for unemployment benefits last week, a decrease of about 28,000 from the previous week.

New claims for Pandemic Unemployment Assistance, an emergency federal program that covers freelancers, part-timers and other workers who do not qualify for benefits under the regular unemployment system, were tallied at 360,000, up from 345,000.

On a seasonally adjusted basis, new state claims totaled 751,000.

For several weeks, new claims for state jobless benefits have totaled roughly 800,000 a week — much lower than the total during March and April after the pandemic struck, but extraordinarily high by historical standards.

“These are remarkably elevated levels of claims,” said Mark Hamrick, senior economic analyst for Bankrate.com. “There are huge cross sections of our society and sectors within it that are suffering.”

While new jobless claims are down, the number of people receiving assistance from Pandemic Emergency Unemployment Compensation — a federal program that provides 13 weeks of additional benefits after state unemployment insurance runs out — is rising, as millions of people who lost jobs early in the pandemic remain out of work more than six months later.

“We’re moving in the right direction but not nearly as quickly as we need,” said AnnElizabeth Konkel, a labor market economist for the Indeed Hiring Lab. “We need to recover quicker so that we don’t have people transitioning to long-term unemployment.”

Surges in coronavirus cases in the Midwest could foreshadow a fresh round of jobless claims in the coming weeks if states impose lockdowns or if people feel less comfortable shopping in stores or dining at restaurants, Ms. Konkel said. And as fall turns to winter, many businesses that have managed to stay afloat may be forced to close their doors.

“In warm weather, outdoor dining was a lifeline for many businesses,” said Julia Pollak, a labor economist at the career site ZipRecruiter. “Soon that will no longer be an option in many states, so we’re likely to see more layoffs.”

Comcast said 22 million people had signed up for its Peacock streaming service." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-comcast/29markets-brf-comcast-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-comcast/29markets-brf-comcast-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-comcast/29markets-brf-comcast-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-comcast/29markets-brf-comcast-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-comcast/29markets-brf-comcast-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Hannah Yoon for The New York Times

Comcast, the nation’s largest cable operator and the owner of NBCUniversal, passed a milestone that highlights the broad shift happening across the media industry: It now has more streaming subscribers than cable-TV subscribers.

About 22 million people signed up to its Peacock service since it started in April, the company reported Thursday as part of its third-quarter results. That’s more than double the figure it reported at the end of July.

The company’s foundational business — cable TV — now has 19 million subscribers, a decline of 273,000 from the previous quarter. That’s not a surprise: The pay-TV industry has for years seen a steady drop, as customers cut the cord in favor of cheaper streaming.

Comcast reported overall revenue of $25.5 billion and profit of $2 billion, beating expectations.

Peacock, unlike Netflix or Disney+, is free and relies on a more traditional media model: advertising. That’s helped Comcast sign up new customers relatively quickly; it aims to reach 35 million by 2024. (Comcast also sells a paid version that includes more content.)

The streaming platform is unlikely to be a moneymaker, but it does have has strategic value. Peacock is seen as a way to keep customers glued to broadband, Comcast’s most important business. The streamer is built into Comcast’s broadband-only offering and is relatively easy for cable television customers to use. Peacock recently signed a distribution agreement with Roku, which is available in about half of all households that have streaming devices.

Like other cable operators, Comcast has emphasized its internet service as it recognizes that pay television will become a smaller, less profitable arm of a bigger enterprise. The pandemic has only hastened that transformation. As the country went into lockdown, Comcast benefited even more from the growth in internet users and added 633,000 customers during the three months ending in September, the most it has picked up in a single quarter. It now has about 28 million broadband subscribers.

At NBCUniversal, the company continued to see falloff in both revenue and profit amid the pandemic. The shift in professional sports telecasts and the shutdown of movie theaters and theme parks has eaten into NBCUniversal’s revenue, which fell 19 percent to $6.7 billion. Movie studio sales declined by a quarter to $1.3 billion, and theme parks saw the biggest revenue drop, about 81 percent, to $311 million.

Even so, the company promoted its upfront presentation, where it sells advertising time to marketers ahead of the new season. Ratings have been down everywhere, but NBC said it was able to get higher ad rates.

If the sale of Tiffany & Company is approved, it would end an increasingly bitter legal battle between the luxury jewelry retailer and its acquirer, LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/28/business/28markets-brf-tiffany1/merlin_177779208_29a2e390-9cfd-4c1a-a6ca-19b078393964-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/28/business/28markets-brf-tiffany1/merlin_177779208_29a2e390-9cfd-4c1a-a6ca-19b078393964-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/28/business/28markets-brf-tiffany1/merlin_177779208_29a2e390-9cfd-4c1a-a6ca-19b078393964-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/28/business/28markets-brf-tiffany1/merlin_177779208_29a2e390-9cfd-4c1a-a6ca-19b078393964-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/28/business/28markets-brf-tiffany1/merlin_177779208_29a2e390-9cfd-4c1a-a6ca-19b078393964-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Michel Euler/Associated Press

Tiffany & Company said on Thursday that it has agreed to cut the price of its sale to the French conglomerate LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton. The settlement would end a dispute between the companies and seal one of the luxury world’s largest deals.

Tiffany and LVMH agreed to a revised price of $131.50 a share, down from $135. That would bring the sale to just under $16 billion, or about $400 million less than before. They also agreed to settle dueling lawsuits in a Delaware court.

Directors of Tiffany met late on Wednesday to vote on the proposal.

LVMH agreed to buy Tiffany in November 2019, intent on adding the company’s diamond rings and robin’s egg blue boxes to a stable of brands that includes Louis Vuitton, Dior and Givenchy. The acquisition would give LVMH a bigger foothold in the United States, executives said at the time, as well as expose Tiffany to more shoppers in Europe and China. The move also promised to cement the status of Bernard Arnault, the LVMH chairman and chief executive, as the top deal maker in the luxury business.

But the French luxury giant grew increasingly nervous about the transaction, its biggest ever, as the pandemic devastated the retail industry. Tiffany’s sales fell by nearly 40 percent in the six months to July, and it recorded a loss of more than $30 million. The company’s shares fell far below the deal price, as investors doubted LVMH’s resolve in going through with the takeover.

A deadline to complete the deal in August was delayed by three months and then, in September, LVMH threatened to abandon the takeover altogether, accusing Tiffany of poor financial performance and breaches of the acquisition agreement. Also, and unusually, LVMH said that the French government had asked it to pause the takeover because of the United States’s trade battle with France.

Tiffany sued LVMH in a Delaware court to compel the company to complete the deal. After more legal wrangling about the timing of the trial, it was scheduled for early January. Now, that might not be needed.

Empty tables at a restaurant in Berlin. The outlook for the eurozone has darkened as Germany and France imposed harsh new restrictions to combat the pandemic." class="css-11cwn6f" src="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-eugdp/merlin_179210214_e2a5471e-d1a8-49da-8205-834cbb276758-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale" srcset="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-eugdp/merlin_179210214_e2a5471e-d1a8-49da-8205-834cbb276758-articleLarge.jpg?quality=90&auto=webp 600w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-eugdp/merlin_179210214_e2a5471e-d1a8-49da-8205-834cbb276758-jumbo.jpg?quality=90&auto=webp 1024w,https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-eugdp/merlin_179210214_e2a5471e-d1a8-49da-8205-834cbb276758-superJumbo.jpg?quality=90&auto=webp 2048w" sizes="((min-width: 600px) and (max-width: 1004px)) 84vw, (min-width: 1005px) 60vw, 100vw" decoding="async" itemprop="url" itemid="https://static01.nyt.com/images/2020/10/29/business/29markets-brf-eugdp/merlin_179210214_e2a5471e-d1a8-49da-8205-834cbb276758-articleLarge.jpg?quality=75&auto=webp&disable=upscale
Crédit…Fabrizio Bensch/Reuters

The European Central Bank left monetary policy unchanged following a meeting of its Governing Council on Thursday, but signaled it could take further steps to stimulate the eurozone economy in December.

“In the current environment of risks clearly tilted to the downside, the Governing Council will carefully assess the incoming information, including the dynamics of the pandemic, prospects for a rollout of vaccines and developments in the exchange rate,” the bank said in a déclaration.

The central bank said that, following a fresh assessment of the economy in December, it would “recalibrate its instruments, as appropriate, to respond to the unfolding situation and to ensure that financing conditions remain favorable to support the economic recovery.”

The outlook for the eurozone has darkened in recent days as Germany and France, its two largest economies, imposed harsh restrictions on social contact in response to signs that coronavirus infections were getting out of control.

France ordered residents to stay home except for essential trips like food shopping or visiting the doctor. The German government ordered bars, restaurants, theaters and fitness studios to close, and limited social gatherings to a maximum of 10 people from no more than two households.

Economists now expect the eurozone to sink back into recession after rebounding in the third quarter. “Last night’s announced lockdowns in France and Germany all but seal the deal on a negative growth rate,” Bert Colijn, a senior economist at ING Bank, said in a research note.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *