Le magnat des médias de Hong Kong Jimmy Lai emprisonné après que le tribunal a révoqué sa caution

YFP6ML3URVN5LEU5SJMRDC5UN4


Le magnat des médias hongkongais Jimmy Lai est escorté de la Cour d'appel final, à Hong Kong, le 31 décembre 2020.

Anthony Kwan / Getty Images

Le plus haut tribunal de Hong Kong a révoqué jeudi la caution du magnat des médias Jimmy Lai après que les procureurs aient réussi à demander aux juges de le renvoyer en détention.

Lai avait été libéré sous caution le 23 décembre après trois semaines de détention pour fraude et atteinte à la sécurité nationale. Son audience d'appel est prévue pour le 1er février.

Le tribunal a déclaré jeudi qu’il était «raisonnablement défendable» que la décision du juge précédent était erronée et que l’ordonnance de mise en liberté sous caution n’était pas valide.

L'histoire continue sous la publicité

Lai fait partie d'une série d'activistes et de partisans pro-démocratie arrêtés par la police de Hong Kong ces derniers mois alors que les autorités intensifient leur répression contre la dissidence dans le territoire chinois semi-autonome.

Il a été accusé de fraude le 3 décembre pour avoir prétendument violé les conditions de location des locaux à bureaux de Next Digital, la société de médias qu'il a fondée. Il a ensuite été de nouveau inculpé le 12 décembre en vertu de la loi radicale sur la sécurité nationale imposée par Pékin pour soupçon de collusion avec les forces étrangères et de mise en danger de la sécurité nationale.

Lai est entré devant la Cour d'appel final sans faire de commentaires aux partisans et aux médias, dont beaucoup ont envahi le magnat alors qu'il se dirigeait vers la salle d'audience. Ses conditions de mise en liberté sous caution comprenaient la remise de ses documents de voyage et l'interdiction de rencontrer des responsables étrangers, de publier des articles sur tous les médias, de publier sur les réseaux sociaux et de donner des interviews.

Le journal public chinois People’s Daily a publié dimanche un commentaire très formulé critiquant le tribunal pour avoir accordé une caution à Lai, déclarant que cela «portait gravement atteinte à l’état de droit de Hong Kong».

Le Quotidien du Peuple a déclaré qu'il ne serait pas difficile pour Lai de prendre la fuite et l'a qualifié de «notoire et extrêmement dangereux». Il a également averti que la Chine pourrait reprendre l'affaire, selon l'article 55 de la loi sur la sécurité nationale qui stipule que la Chine peut «exercer sa compétence sur une affaire concernant une infraction mettant en danger la sécurité nationale».

La justice de Hong Kong a mis en ligne mardi un jugement de 19 pages sur son site Web, exposant les raisons pour lesquelles le juge de la Haute Cour, Alex Lee, avait accordé une caution à Lai. Lee a déclaré qu'il était convaincu qu'il n'y avait pas de risque de fuite dans le cas de Lai, et a noté que Lai était disposé à faire surveiller ses mouvements si cela avait été une option réalisable.

Mardi, Lai a démissionné de ses fonctions de président et directeur exécutif de Next Digital, qui dirige le journal Apple Daily, selon un dossier déposé à la bourse de Hong Kong. Il l'a fait «pour passer plus de temps à s'occuper de ces affaires personnelles» et a confirmé qu'il n'avait aucun désaccord avec le conseil d'administration, selon le dossier.

L'histoire continue sous la publicité

Nos newsletters Morning Update et Evening Update sont rédigées par les éditeurs du Globe, vous donnant un résumé concis des titres les plus importants de la journée. Inscrivez-vous aujourd'hui.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *