2: 3 contre Ingolstadt: Schwenninger Wild Wings subit une défaite – Schwenninger Wild Wings

media.media.b5e5f1ea c455 4891 96a1 0b7b87414ea8.16x9 1024


Maximilian Hadraschek (à gauche) laisse deux résidents d'Ingolstadt avec Brandon DeFazio et Justin Feser. Photo: Sigwart


"Nous sommes actuellement dans une phase difficile et nous devons de toute urgence reprendre la route du succès." Le grand souhait de l'entraîneur Niklas Sundblad n'a pas été exaucé dimanche soir. La première crise (de gains) des Wild Wings cette saison DEL se poursuit après la défaite 2: 3 à domicile contre Ingolstadt. Après la sixième faillite en sept matches, un revirement s'impose de toute urgence, sinon il n'y aura rien en termes de play-offs.

Des sportsPeu de temps avant le début du match, le réalisateur Christof Kreutzer était curieux de voir si les changements apportés par Sundblad auraient un effet positif. Non seulement Cédric Schiemenz s'est déplacé directement dans la première rangée depuis les tribunes, mais le Suédois avait également réorganisé les blocs d'attaque. De nouvelles impulsions étaient donc nécessaires pour arrêter la course négative. Il n'y avait pas de place dans l'équipe pour David Cerny. "Il faut juste jouer plus discipliné, rester à l'écart du banc des pénalités", soulignait le défenseur Christopher Fischer avant la première confrontation avec Magenta Sport.

Pour Ingolstadt – sans Tim Wohlgemuth – c'était le premier match sur la plus petite surface de glace de Schwenninger. Boaz Bassen (5e) – dimanche de suite avec les jumeaux Spink – a failli profiter de cet avantage, mais le gardien de l'ERC Michael Garteig était parfait. Mais le gardien de but de Schwenningen, Joacim Eriksson, s'est aussi rapidement réchauffé. Dans l'ensemble, la défense semblait plus stable et la discipline exigée par Fischer était également juste. Mais la tempête – les Wild Wings ont tiré quatre tirs au but – était plutôt une brise légère sur de longues périodes d'un même premier tiers. "Jusqu'à présent, nous nous sommes très bien débrouillés en défense", a déclaré le défenseur Johannes Huss lors de la première pause. Le deuxième tiers a commencé pour Tylor Spink et Will Weber dans la glacière – et ce en même temps. Ingolstadt avait donc deux minutes pour prendre la tête avec une majorité 5-3. La quatrième meilleure équipe en infériorité numérique de toute la DEL a survécu à cette phase critique.

Contre les Wild Wings, toujours inoffensifs dans l'attaque, Frederik Storm (35e) a réalisé une victoire méritée 1-0 grâce à un solide tir du poignet. Lorsque Wayne Simpson (37e) est passé à 2-0 un peu plus tard, l'expression de Sundblad sur le banc s'est assombrie encore plus. Le but de suivi rapide de Daniel Pfaffengut (37e) a égayé les Suédois – et un nouvel espoir pour le Neckarstädtern.

Puis un autre changement a porté ses fruits: Alexander Weiß a parfaitement utilisé son frère Daniel (43 ans), après le premier but de la saison du nouveau venu, tout était à nouveau ouvert. Schwenningen a continué à faire pression, mais Ingolstadt a riposté glacial par Brandon DeFazio (46e).

L'échange de coups se poursuit. Pas de chance pour les Wild Wings qu'un coup de marteau de Pfaffengut ne teste que la robustesse du poteau. Schwenningen a tout essayé, pas seulement Travis Turnbull (59e) 3: 3 sur la raquette. Mais au final, les Wild Wings ont également manqué de la chance nécessaire.





Niklas Sundblad, qui était "satisfait de la performance de l'équipe", l'a vu ainsi. Le réarrangement des rangées en valait également la peine. Malheureusement, cela ne suffisait pas pour les points.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *